Page: 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | Précédente | Suivante | Index | Liens




Page réactualisée le 23 septembre 2017

“Que votre lumière brille devant les hommes”.


Comme nous l’avons évoqué précédemment, Dieu est la Parole[54] qui a amené le monde à l'existence, et Jésus est cette Parole de Vérité[55] manifestée au monde. Cette parole n'est pas figée, mais elle est «vivante et efficace—nous dit Paul—, plus tranchante qu'une épée quelconque à double tranchant, pénétrante jusqu'à partager âme et esprit, jointures et moelles; elle juge les sentiments et les dispositions du coeur. Aucune créature n'échappe au regard de Dieu, et tout est à nu et à découvert aux yeux de celui à qui nous devons rendre compte.»[56] Des savants commencent tout juste à découvrir le rôle que les vibrations ont dans l'Univers. Chaque élément, chaque étoile, aurait une fréquence ou une longueur d'onde qui lui serait propre. L’Univers serait alors une sorte de grand concert orchestré, un bruit fantastique! La parole et le chant transmettent des vibrations de cette nature. Les instruments de musique convertissent également les impulsions ou le souffle qui les traverse, en vibrations sonores. Dieu ne s'accommode guère d'observateurs silencieux. Mais lorsque nous permettons à son souffle de nous traverser, nous prenons conscience qu'une mélodie nous habite! Cette mélodie, ce moi jusqu'ici ignoré, c'est l'être que Dieu chérit et qu'il va vouloir faire grandir. Si, lorsque Dieu vient frapper à la porte de notre coeur, nous lui ouvrons[57] et l'invitons à entrer,[58] alors son souffle viendra redonner vie à notre esprit, car c'est bien de cela qu'il s'agit : Dieu nous ranime par une effusion—par une transfusion de son Esprit ! Et si nous nous mettons ensuite à son écoute, si nous l'interrogeons,[59] il nous donnera une récompense[60] de prophète.[61] Dieu a d'ailleurs pour nous des promesses[62] très spéciale pour ces temps de la fin, puisqu'il nous destine une seconde Pentecôte![63] Encore plus puissante que la précédente, elle est destinée, non pas à une élite, mais aux millions de gens ordinaires, aux sans nom, aux enfants, aux jeunes comme aux vieillards. Voulons-nous vivre éternellement dans le Royaume de Dieu et de son Christ? En avons-nous réellement envie? Abandonnons le chemin tout tracé par la culture et la superficialité, les habitudes religieuses, la flatterie, la manipulation affective, les faux-semblants, les quêtes absurdes, la complaisance et toute forme d'hypocrisie qui nous relie au monde. Ne nous considérons plus comme suffisamment sages ou justes, car nul ne pourra tenir devant le Christ si sa justice ne lui vient pas du Christ et de lui seul. Ce qui nous constitue devra obligatoirement passer au travers du feu.[64] Si nous nous sommes construits sur des valeurs éternelles, celles-ci demeureront. Si nous sommes constitués de la paille d'une connaissance théorique des choses de Dieu et du carton des bonnes intentions, nous serons très vite fixés. Cessons de légitimer notre déni de ce qui chez d'autres devrait nous faire envie, et soyons suffisamment humbles pour reconnaître que nous avons besoin du Saint-Esprit. Sentons notre vide intérieur. Ne nous y trompons pas : le monde a horreur du vide et tout espace qui n'est pas occupé par l'Esprit de Dieu sera tôt ou tard “squatté” par des esprits beaucoup moins recommandables. Cessons de vouloir tout garder sous contrôle et lâchons nos arguments intellectuels.

La sagesse… «Mais alors, la sagesse, d'où provient-elle? Et où l'intelligence a-t-elle sa demeure? Elle se cache aux yeux de tout être vivant, elle se dissimule à l'œil vif des oiseaux. L'abîme et la mort disent: «Nous avons seulement entendu parler d'elle. » Car c'est Dieu seul qui sait le chemin qu'elle emprunte. Oui, il en connaît la demeure. Car son regard parcourt le monde entier, et tout ce qui se passe sous le ciel, il le voit. C'est lui qui a fixé la pesanteur du vent et donné leur mesure à tous les océans. Lorsqu'il a établi une loi pour la pluie, et tracé un chemin aux éclairs, au tonnerre, c'est alors qu'il l'a vue et en a fait l'éloge. Il a posé les fondements de la sagesse et l'a sondée. Puis il a dit à l'homme: «Révérer le Seigneur, voilà la vraie sagesse! Se détourner du mal, voilà l'intelligence! » Job 28.

Le Royaume de Dieu ne consiste pas en une connaissance intellectuelle, mais c'est le règne de la sagesse que produit la marche dans l'Esprit ! Car depuis que nous lui avons substitué notre intellect nourri de l'arbre de la connaissance morale du bien et du mal, notre esprit s'est mis en dormance. Il s'est ratatiné au fond de nous. Or, si l'Esprit Créateur a posé les fondements de la sagesse, cela veut dire que quelque-chose aurait dû se bâtir sur ce fondement. Pourquoi agissons-nous dans le domaine religieux comme si la foi n'était qu'une compilation d'expériences passées, relatées dans un livre poussiéreux ? Nous les chrétiens vivons parfois en plein décalage avec la réalité. Nous avons deux mille ans de retard sur le reste du monde. Lâchons la bride à notre esprit, car il est impossible de porter les fruits[65] que Jésus exige que nous portions si la sève vivante du cep ne coule pas en nous.[66] Jésus a dit à Nicodème: «Le vent souffle où il veut, et tu en entends le bruit; mais tu ne sais d'où il vient, ni où il va. Il en est ainsi de tout homme qui est né de l'Esprit.» Il a également dit aux pharisiens et aux sadducéens—ces gens représentaient ce qui se faisait de mieux sur le plan de la connaissance des Écritures : l'Adventiste haut de gamme, la crème des Jésuites, les apôtres des Mormons—, il leur a dit que pendant qu'ils continueraient à sonder les écritures en espérant y trouver le secret de la vie éternelle, les filles de joie et les dealers allaient les devancer dans le Royaume de Dieu…

Le secret le mieux gardé dans l'Univers.

Le secret qui est le mieux gardé dans l’Univers ne concerne pas l'endroit où l’arche d’alliance aurait été déposée, mais il concerne l'arche elle-même et ce qu'elle est sensée représenter, c'est à dire, notre identité d'hommes habités par Dieu. Connaissez-vous la fable du “Vilain petit Canard” ? Un vilain caneton gris que les circonstances de la vie avaient séparé des siens, fut adopté dans une famille de canards. Mais alors que les canetons avaient revêtu leur plumage coloré et luisant, le vilain caneton avait conservé son aspect immature, et tous riaient de bon coeur de sa maladresse. Mais à l’étonnement général, le laideron se mua un jour en un cygne magnifique. Et connaissez vous l’histoire de “Lambert, le Lion bêlant”? Enfant, j'avais été frappé par ce dessin animé réalisé par Jack Hannah pour les studios Disney. Une cigogne étourdie avait livré par erreur un lionceau à une brebis. Les jeunes animaux s’imprègnent de ce qu'ils voient dans les premiers jours de leur existence. Ainsi, Lambert se considérait comme un mouton, il mangeait comme un mouton, bêlait comme un mouton et dormait au milieu des mouton. Un jour, un loup cruel attaqua le troupeau et s'en prit à sa mère. Lambert eut d’abord très peur en voyant les moutons pris de panique s’enfuir dans toutes les directions. Le loup, qui avait pensé que ce lion lui donnerait du fil à retordre, se riait maintenant de sa couardise ! Mais en entendant les bêlements terrorisés de sa mère, quelque-chose se réveilla au fond de lui. Sa nature de lion surgit, et pour la première fois, Lambert rugit. Il attaqua férocement le loup terrifié et le mit en fuite.

Dans Jean 10:34, «Jésus leur répondit: N'est-il pas écrit dans votre loi: J'ai dit: Vous êtes des dieux?»[66a] Et dans 1 Jean 3 2, Jean dit ceci: «Mes chers amis, dès à présent nous sommes enfants de Dieu, et ce que nous serons n'a pas encore été rendu manifeste. Nous savons que lorsque le Christ paraîtra, nous serons semblables à lui, car nous le verrons tel qu'il est».

Le tétramorphe biblique.

Dans Apocalypse 4 et dans Ézéchiel 10, les visionnaires décrivent quatre êtres vivants ailés qui ont chacun quatre faces. Ils accompagnent le Seigneur partout où il va et ils sont les gardiens de sa gloire et les exécutants de sa volonté. On retrouve la représentation de tétramorphes dans plusieurs religions anciennes : A Babylone et chez les Égyptiens, dans la religion indienne, et également sur les totem des Indiens d'Amérique du Nord. Ces tétramorphes peuvent présenter l'aspect d'un homme, d'un boeuf, d'un aigle ou d'un lion. Mais également ceux d'un taureau, d'un serpent ou d'un scorpion, d'un vautour ou d'un faucon, d'un ibis, d'un chacal, d'un singe ou d'un éléphant, et d'un véritable parc animalier en ce qui concerne l'hindouisme.

Les chérubins ne sont pas ces Cupidons emplumés de la mythologie romaine, mais ce sont des êtres magnifiques et redoutables. Ils présentent la face d'un homme, mais ont également celles d'un lion, d'un boeuf ou d'un aigle. Les apôtres de Jésus, et par extension les chrétiens, sont également représentés par ces quatre êtres vivants : l'homme, le lion, l'aigle et le boeuf. Ces identités nous parlent d'humanité, de royauté, de divinité et de service, et ce sont les quatre aspects de la personne du Christ. Ces qualités devront s'épanouir de concert, puisqu'elles constituent notre identité chrétienne, celle qui apparaîtra lorsque l'image du Christ sera pleinement formée en nous, selon Galates 4:19.

Mais les chrétiens de pratiquement toutes les églises et congrégations, se considèrent grosso modo comme les gens des autres religions. On pourrait comparer les églises établies à des ménageries, où des lions qui ont oublié qui ils sont tournent en rond dans leur cage en attendant leur morceau de viande fourré de calmants et d'antibiotiques. Les yeux rivés sur le sol, des aigles qui se prennent pour de pauvres poulets, grattent en feignant l'espoir de découvrir un malheureux ver de terre. Le diable exhibe la ménagerie en prenant bien soin des animaux du bon Dieu. Car il sait que tant qu'ils accepteront d'être confinés dans des cages et dans des volière, ces espèces ne représenteront pas un problème. Elles n'empiéteront pas sur le territoire des boucs où sévissent ses loups, ses ours, ses vautours et ses faucons.

Avez-vous vu les films de la série des Chroniques de Narnia? Ces films pour enfants, inspirés des romans de C.S. Lewis, renferment une allégorie biblique. Tout comme le Seigneur des Anneaux et Avatar. Le lion Aslan, qui meurt pour ensuite revivre, est une figure du Christ. Jésus est décrit dans la Bible comme le Lion de la tribu de Juda. Mais il est également décrit comme l'Agneau de Dieu. Comment le Lion peut-il être en même temps l'Agneau du sacrifice? C'est sans doute un mystère. Jésus s'est manifesté sous les traits d'un agneau, afin de pouvoir approcher les plus faibles. Et sans doute aussi, pour donner le change auprès de ceux qui se considéraient à tort comme étant forts. La domination d'un agneau est éternelle parce qu'elle ne s'appuie pas sur la force. La vie éternelle que Jésus nous offre, est éternelle parce qu'elle repose sur les fondements immuables et indestructibles de la sagesse et de l'amour. Jésus a vécu comme un simple homme, et il a porté nos souffrances et nos peines, et participé à nos joies. Dieu est une colombe pour ceux qui ont le coeur pur, et un agneau pour ceux qui ont un coeur simple. Les chiens s'approchent en salivant dans l'espoir d'une aubaine, et ils sont pétrifiés à la vue d'un lion rugissant. Il y a dans l'église toute sortes de voix, des airs venus des quatre vents du monde. Un peu comme en politique démocratique, où des gens—des théoriciens—, sont là pour faire de la politique politicienne. Dans l'église, la démocratie a également sa place. Contrairement aux habitudes de la fausse religion, aucune décision ne peut être forcée sur un peuple d'hommes libres. Mais pour qu'il puisse avoir le vent dans les voiles, le peuple doit entendre la voix de Dieu. Il lui faudra être éclairé par la vision élevée de l'aigle, il lui faudra entendre la voix et reconnaître l'autorité du lion, et il lui faudra se revêtir de la constance et de l'obstination du boeuf. Les prophètes sont à l'écoute de Dieu. Ils sont nos guides et nos empêcheurs de tourner en rond. Ils ont pour fonction de nous recadrer en nous situant tout à nouveau dans la vision de Dieu. Nos pasteurs sont nos pourvoyeurs, nos médecins et nos bergers. Ils sont comme le boeuf : libres d'ambitions personnelles et d'amour propre. Ils sauront faire face avec douceur et persuasion, aux lobbies, aux théoriciens, aux naysayers et aux contradicteurs. Parfois un bon rugissement peut s'avérer nécessaire pour faire entendre la voix de Dieu et mettre tout le monde d'accord.

Dans le Royaume de Dieu, les rugissements les plus convaincants viennent en réalité des agneaux, lorsqu'ils sont transcendés par l'Esprit de Vérité. Le monde, mais également les églises, sont contrôlés par la peur. Si la prudence est un aspect incontournable de la sagesse de Dieu, la peur en revanche vient du diable. Qui d'entre nous n'aura pas subi dans l'enfance, des expériences traumatisantes avec pour résultat des peurs qui se sont profondément incrustées et qui agissent désormais comme les barreaux invisibles d'une prison? Le monde est contrôlé par toutes sortes d'esprits de peurs. La Jérusalem d'en haut est l'expression de l'amour de Dieu, mais la société des hommes s'est bâtie en réponse à la peur. La religion est une extension de cette société conçue et mise en place pour nous aider à conjurer l'aspect existentiel de nos peurs. Mais la peur est mauvaise conseillère dit l'adage. L'homme en Christ est avant tout un homme libéré de la peur et qui est désormais porté par l'amour. La peur est le résultat du péché. Souvenons-nous de ce qu'a dit Adam : «J'ai eu peur, parce que je suis nu, et je me suis caché». «Qui t'a appris que tu es nu, lui a répondu Dieu? Aurais-tu mangé de l'arbre dont je t'avais dit de ne pas en manger?» Nous sommes ce que nous pensons de nous-mêmes. Tels nous nous voyons, tels nous sommes. Lorsque nous nous examinons sous l'angle de nos connaissances en biologie, nous reconnaissons que nous sommes des créatures remarquables. Mais si nous nous comparions en nous plaçant au niveau des animaux, nous serions forcés d'admettre que nous sommes nus comme des vers et frileux, faibles en comparaison à d'autres animaux, dépourvus de griffes et de crocs, sans aiguillon, incapables de courir à plus de 30 Km/h et donc à la merci des fauves. Nous sommes inaptes à grimper dans les arbres, à creuser des terriers, à nager sous l'eau ou à nous envoler dans les airs. Et si nous nous comparions aux créatures spirituelles qui nous sont connues, nous serions terrorisés à la seule évocation du diable et du monde occulte qui nous tient à sa merci. En réalité, nous devons admettre que nous sommes totalement inadaptés à la vie sur cette planète, une planète qui pourtant nous a produits, nous enseignent les évolutionnistes ! Alors, cherchons l'erreur ! Toute l'industrie des homme et toute leur ingénierie sert un but unique : Soumettre l'environnement afin de nous permettre de vivre dans une relative sécurité… Pourquoi dépensons-nous tant d'énergie en travail, en prévoyance et en militarisation? Parce que nous avons une image faussée de qui nous sommes ! L'homme nu, en proie à la peur, a transformé le Jardin d’Éden en un camp fortifié, qui bientôt deviendra un immense champ de bataille. Le monde s'est transformé en un jeu video grandeur nature. Les démons tiennent désormais les manettes et ils vont s'en donner à coeur joie, en nous poussant à nous détruire les uns les autres. Ceci arrivera parce que nous ne vivons pas dans le bon paradigme. Nous ne nous comportons pas comme ceux que nous devrions être.

Je vais m'aventurer une fois de plus en territoire à conquérir en disant cela, mais nous sommes faits à l'image de Dieu et créés à sa ressemblance. C'est donc à Dieu, et à lui seul, de nous communiquer l'identité spirituelle qui va de pair avec notre apparence physique. Si nous étions comme il se doit, revêtus de la gloire de Dieu, alors nous ne nous sentirions pas nus, ou faibles, et nous ne serions certainement pas démunis face à nos situations. Dieu n'est pas un lion, mais si Dieu a su créer un animal qui n'éprouve pas la peur et dont le seul regard suffit à pétrifier celui qui le croise, alors, Dieu ne devrait-il pas être infiniment plus redoutable que sa créature? Dieu a créé la Terre et tout ce qu'elle renferme. On pourrait dire que Dieu a créé celui qui par ses choix s'est transformé en diable. Mais Dieu nous a ensuite faits à son image, afin que nous puissions dominer sur toute la création. Et quand Dieu dit : “dominez sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, et sur tout animal qui se meut sur la terre”, Dieu veut que nous dominions sur les serpents, et même sur les lions.

Tout avait commencé par cette aventure incroyable qui allait conduire les Tout-Puissants à vouloir se répliquer sous la forme d'hommes et de femmes. Cette pensée vous choque-t'elle? Relisez donc le récit de la Genèse ! Après avoir monté le décor : un univers dans lequel leurs poussins allaient pouvoir grandir et évoluer, les Elohim ont imaginé les êtres que nous sommes en leur suscitant un corps à partir des particules d'une matière qu'ils ont amalgamée en prononçant des mots. Oui, des mots ! Ainsi, chaque être humain est né d'une graine de foi semée par la parole des Tout-Puissants. Etonnant, n'est-ce pas? La parole de foi des Tout-Puissants possède en effet la propriété d'amener les concepts qu'ils ont imaginé à l'existence. Comme dans les films fantastiques les plus délirants, me direz-vous peut-être? Sans doute, mais en même temps, pas tout à fait comme dans les films. Hébreux 11:3 dit que «c'est par la foi que nous reconnaissons que le monde a été formé par la parole de Dieu, en sorte que ce qu'on voit n'a pas été fait de choses visibles». N'avons-nous jamais rêvé de posséder le pouvoir d'obtenir les choses dont nous avons besoin, simplement en les appelant à l'existence? Ou rêvé de commander sur nos circonstances pour nous défendre et pour nous protéger, pour nous guérir et pour guérir les autres en chassant les maladies, et pour acquérir l'immortalité ? … Ce pouvoir, Dieu nous l'avait pourtant donné lorsqu'il a mis l'homme sur la terre. Mais par pure jalousie, l'autre est venu suggérer que Dieu soit un menteur, et nous l'avons cru.

Les aigles sont des oiseaux extraordinaires. Il faut avoir une solide constitution et des dispositions particulières, pour planer pendant des heures sur les courants ascendants, dans des températures plutôt fraîches et à une altitude ou l'air se raréfie. De là haut, les aigles ont une vue d'ensemble du territoire et leur acuité visuelle phénoménale leur permet de détecter tout ce qui bouge. Ces voiliers superbes maîtrisent l'aérologie et savent rester dissimulés par les vires rocheuses et par les arbres, pour surprendre leurs proies à la vitesse de l'éclair. Les aigles sont des oiseaux nobles et très propres et généralement en excellente santé. Mais lorsqu'ils sont confinés dans une volière, ils deviendront des rapaces dépressifs aux habitudes sales, et parfois cruels à l'égard de leurs semblables. Rester confinés dans une vie religieuse fabriquée et théâtrale et dans des habitudes ronronnantes, nous fait perdre tout espoir de développer nos attributs divins. Or, Ésaïe écrit : «Mais ceux qui se confient en l'Éternel renouvellent leur force. Ils prennent leur vol comme les aigles; Ils courent et ne se lassent point, Ils marchent et ne se fatiguent point».[66b] Les événements redoutables des derniers temps, et les assauts des loups de la religion du nouvel ordre, forceront bientôt les chrétiens véritables à quitter les volières pour prendre leur envol. Alors, les petits renards qui détruisent la vigne auront du souci à se faire.

Jésus a dit: «Mon Père a remis toutes choses entre mes mains. Personne ne connaît le Fils, si ce n'est le Père; et personne ne connaît le Père, si ce n'est le Fils et celui à qui le Fils veut le révéler. Venez à moi, vous tous qui êtes accablés sous le poids d'un lourd fardeau, et je vous donnerai du repos. Prenez mon joug sur vous et mettez-vous à mon école, car je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez le repos pour vous-mêmes. Oui, mon joug est facile à porter et la charge que je vous impose est légère.»[66c] Le boeuf est à l'opposé du taureau. Un taureau n'a qu'une chose en tête et jamais il n'acceptera de se mettre sous un joug, à plus forte raison aux côtés d'un boeuf. Mais le boeuf a abandonné les pulsions de sa nature et il met sa force et son énergie au service de celui qui le conduit. Jésus mentionne qu'il y a plusieurs sortes d'eunuques. Certains le sont devenus en étant privés de ce qui donne substance aux pulsions masculines. D'autres possèdent ces attributs, mais ils ont choisi de mettre en veilleuse leurs pulsions légitimes, afin d'offrir au Père toutes leurs ressources et leur énergie pour l'établissement du Royaume de Dieu. Prendre le joug de Jésus, ce n'est pas partir seul, l'épée au poing, pour annoncer la croix. Mais c'est se placer sous son autorité en étant conduit par l'Esprit de force, d'amour et de sagesse. Dans Romains 8:29, nous lisons: «Car ceux qu'il a connus par avance, il les a aussi prédestinés à être semblables à l'image de son Fils, afin que son Fils fût le premier-né entre plusieurs frères». Le jeune boeuf qu'on a placé à côté du boeuf de tête va devoir apprendre de son grand frère. Son échine est désormais bloquée dans la même pièce de bois. Il avancera lorsque l'autre avancera, suivra la même direction, il s'arrêtera quand l’autre s'arrêtera et il boira et mangera avec lui. Finies pour un temps les folles escapades avec les veaux ! Ceux qui ont accepté ce joug ont renoncé à une vie de plaisirs et d'amusement. Ils ne songent plus à faire carrière, ou à poursuivre une réalisation personnelle. Mais ils deviennent forts et constants par l'effort, et ils acquièrent paix, force et maturité, par l'obéissance. Ils connaîtront ainsi la satisfaction profonde de se voir communiquer le caractère du guide pleinement formé. Au début, le jeune boeuf sera supporté par le boeuf de tête. Mais à mesure qu'il grandira, il prendra lui aussi part à l'effort. Nous placer sous le joug du monde ou des oeuvres religieuses nous promet peines, fatigue et déconvenues. Mais le joug du Christ est léger ! Car en réalité, Jésus le porte à notre place, et l'amour de Dieu fera le gros du travail. Le monde et sa religion veulent du sérieux et du lourd. Mais le joug de Jésus est agréable à porter, et un enfant conduit l'attelage.[66d] «Jésus leur dit: Les rois des nations les maîtrisent, et ceux qui les dominent sont appelés bienfaiteurs. Qu'il n'en soit pas de même pour vous. Mais que le plus grand parmi vous soit comme le plus petit, et celui qui gouverne comme celui qui sert».  Luc 22: 25-26.

Dieu est Esprit.

Nous savons bien sûr que Dieu est Esprit. Pourtant, nous agissons parfois comme s'il était en marbre. Dans Jean 3:8, Jésus dit: «Le vent souffle où il veut, et tu en entends le bruit; mais tu ne sais d'où il vient, ni où il va. Il en est ainsi de tout homme qui est né de l'Esprit». Le jour de la Pentecôte, le bruit d'un grand vent s'est fait entendre dans la chambre où les disciples s'étaient réunis.[66e] Lorsque le vent souffle dans nos oreilles, nous n'entendons que le vent. Nous oublions le prédicateur, les murmures de nos voisins, le craquement des bancs en bois, le dîner qu'il faudra préparer… Le vent emporte nos repères et balaie ces angoisses indicibles suscitées par notre “moi”. Il nous libère de nos craintes—peur du lendemain, et cette crainte des autres qui nous conditionne. Ensuite, des langues de feu distinctes sont apparues et sont descendues sur chacun des disciples présents. Le feu est la conscience de Dieu. Elle apporte lumière et chaleur et consume nos désirs naturels. Je me souviens du jour où, jeune homme, j'ai goûté à ce feu du Saint Esprit. Après une semaine de précieux enseignements sur la nature des problèmes spirituels qui empêchent la croissance des chrétiens, où fut abordée notamment l'importance de pardonner, un homme de Dieu avait posé sa main sur moi en priant avec autorité dans cette langue incompréhensible à notre intelligence qui est le langage de l'Esprit. Quelque chose, qui devait être la timidité, m'avait à ce moment-là quitté, et je me suis senti soulagé et rempli d'un feu intérieur. … J'étais parti, seul à travers la ville, léger comme l'air et porté par une hardiesse que je ne me connaissais pas vers des rencontres significatives. Une joie extraordinaire ! Je crois que j'ai convaincu davantage de personnes de la valeur de l'Evangile durant ces premiers mois de ma vie chrétienne que durant les quarante années qui ont suivi… La consécration est peut-être ce qui m'a manqué. Vivre de la présence de Dieu requiert que nous ôtions définitivement nos sandales, en abandonnant nos quêtes non sanctifiées pour obéir sans réserve aux intentions de l'Amour. Car plus loin, au chapitre 4 des Actes,[67] les disciples menacés sont à nouveau réunis. Ils invoquent la puissance de Dieu, afin qu'il leur soit donné d'annoncer sans craindre le message de l’Évangile. Alors, le lieu où ils étaient trembla et ils furent remplis du Saint Esprit et d'assurance. Avez-vous tremblé dans la présence du Seigneur ? Il m'est arrivé de trembler en invoquant le Saint Esprit avec d'autres chrétiens. Notre nature humaine est comme un carcan—comme une prison dont les portes demandent à s'ouvrir. Effrayé par la puissance de cette présence silencieuse, quelqu’un fera diversion en entonnant un cantique, si bien que l'expérience va s'arrêter avant même d’avoir pu commencer. Mais lorsque les chrétiens seront déterminés à aller jusqu'au bout de leur prière, bientôt ils ne trembleront plus, et c'est le monde qui se mettra à trembler.

Ne nous dissimulons[67b] plus devant les hommes. Jésus a dit que tout ce que nous aurons dit en secret sera crié sur les toits.[68] N'ayons pas honte[69] de l’Évangile.[70] Le véritable disciple de Jésus[71] ne s'embarrasse pas de sa réputation, mais il s'efforce[72] de vivre dans la vérité[73 quoiqu'il puisse lui en coûter,[74] en redressant ce qui est tordu[75] et en commençant par le faire dans son propre coeur,[76] et en filtrant ce qui sort de sa bouche.[77] Le chrétien est un porteur de bonnes nouvelles : le fardeau qu'il porte avec le Christ, c'est de transmettre aux autres la réalité de l'amour que Dieu leur porte ! Et s'il devait lui arriver de reprendre,[78] il le ferait avec humilité et avec douceur,[79] car il sait que demain, c'est peut-être lui[80] qui devra être relevé[81] par son frère ou par sa soeur.

Trouver sa place dans le patchwork de la Création.

«Dieu est Esprit et il faut que ceux qui l'adorent l'adorent par l'Esprit[82] et en vérité.»[83] Cette affirmation anodine faite à la femme samaritaine, est en réalité le coeur du message de Jésus.[84] La vie de Jésus, son enseignement et les nombreux miracles qu'il a accomplis, furent la démonstration[85] pratique d'une relation[86] spirituelle étroite qu'il entretenait avec le Père, une proximité qui appartient également à tous ceux qui revendiquent leur appartenance à Jésus.[87] Jésus nous offre cet accès au Père, et il n'existe en réalité aucun autre chemin[88] par lequel nous puissions être admis dans la présence du Dieu de la Bible.[89] Rencontrer Dieu, c'est aussi être adoptés[90] dans sa grande famille! [91] Nous errions dans la vie à la recherche de nos origines.[92] Bien sûr, nous avons une nationalité, nous savons qui sont nos parents, nous avons une famille, des collègues et des amis. Mais face aux grandes questions existentielles, toutes ces choses auxquelles nous nous identifions habituellement s'effacent. Nous restons seuls face à notre Dieu et face à l'éternité, seuls parmi des proches avec lesquels nous ne partageons pas forcément les mêmes valeurs, seuls parmi des gens qui suivent peut-être un tout autre chemin. La solitude… Une étude a montré que plus nous nous investissons dans les relations publiques ou dans des médias sociaux, plus nous y avons de relations et d'amis, et plus dans le fond, nous nous sentons seuls et déprimés. Jésus veut nous offrir une vraie famille, celle qui saura combler toutes nos attentes : sur le plan identitaire, sur le plan spirituel, mais également sur le plan émotionnel et humain !

Car le projet de Dieu a toujours été de rassembler[93] une famille[94] à partir de toutes les communautés d'hommes de la Terre, afin de démontrer dans cette «Jérusalem»[95]—ce lieu où la plénitude de Dieu[96] sera bientôt manifestée au monde—, l'incroyable richesse qu'il a investie dans ses enfants[97] et la façon unique dont ils sont faits[98] pour se compléter dans leur diversité.[99] Il l'a suggéré à travers cette typologie—ce patchwork de l'humanité personnifié par les douze fils d'Israël.[100] L'humanité est une véritable oeuvre d'art, cachée pour l'instant sous une couche de lavis. Le dessein de Dieu, au travers de l'aventure providentielle de la foi d'Abraham, fut de commencer à lever le voile sur cette nouvelle création qu'il a suscitée comme une alternative à la société du monde, afin de démontrer en elle le projet qui fut à l'origine de toute sa création,[101] avant qu'elle ne soit détournée et pervertie par l'astrologie et l'occultisme satanique. Dans cette famille qu'il s'est constituée à partir de gens sans nom et sans importance aux yeux des hommes, mais qu'Il a connus et qui sont précieux à ses yeux car ils ont cru en ses promesses,[102] Dieu va pouvoir démontrer toute la richesse de son caractère.[103] En attendant[104] que cette création d'un genre nouveau atteigne sa perfection,[105] Jésus veut nous faire goûter à son vin jeune et pétillant dans une micro-Jérusalem.[106] Il souhaite nous intégrer—mais j'aimerais pouvoir dire : nous enchâsser à la façon de pierres très précieuses et qui ont chacune leurs particularités propres,[107] dans une communauté de croyants qui vive pleinement du don de son Esprit et de la glorieuse liberté qui l'accompagne.[108] Jésus transmet à chacun—à ceux qui en s'appuyant sur ses promesses auront acquis un coeur de vainqueur—un caillou blanc et un nom nouveau.[109] Cette nouvelle nature et cette identité nous permettront de vaincre et de faire partie de l'architecture de la ville de Dieu.[110] Les avez-vous reçues de Dieu? Demandez-lui. Comprendre qui nous sommes à ses yeux, et quelles sont ces aptitudes qu'il a investies en nous, sont les clés de notre épanouissement spirituel.

Cette église au sens large, où nous pourrons nous réjouir dans sa Présence vivifiante en goûtant à l'héritage, dans l'Amour, il nous faudra peut-être prier pour que là où nous sommes, Dieu la suscite à partir d'individus qui ont les mêmes aspirations. Elle deviendra pour nous la véritable famille[111] dans laquelle nous pourrons grandir[112] et où nous pourrons développer nos aptitudes spirituelles.[113] Ainsi nous serons préparés pour le grand jour, celui du rétablissement de toute chose. Car l'avènement du règne de Dieu ne se fera pas sans combattre. Le monde viendra contre nous avec ses Goliath en cuirasse et en armes. Mais si chaque croyant possède à ce moment-là, ce caillou blanc dans sa besace, nous pourrons marcher à leur rencontre au nom de notre Dieu, et Dieu nous donnera de les vaincre.[114] Cette victoire ne s'acquerra ni par les armes, ni par la puissance des politiques, ni par la force de persuasion, ni par des discours religieux. Mais l'Esprit de Jésus est victorieux du monde.[115] Si l'aventure vous tente et si ce destin vous semble être à la mesure de vos ambitions, alors ne tardez pas à réserver votre billet[116] pour ce voyage unique et extraordinaire, car le temps de Son avènement est désormais très proche!



Page: 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | Précédente | Suivante | Page d'accueil | Liens




(54) Jean 1 (55) Jean 17:17-19 (56) Hébreux 4:11-13 (57) Apocalypse 3:20 (58) Ésaïe 50:4-5 (59) Jérémie 33:3 (60) Matthieu 10:40-42 (61) Ézéchiel 22:30 (62) Joël 2:28-29 (63) Actes 2 (64) 1 Corinthiens 3:11-13 (65) Galates 5:22 (66) Jean 15:4-6 (66a) Jean 10:34 (66b) Ésaïe 40:31 (66c) Matthieu 11:25-30 (66d) Ésaïe 11:1-9 (66e) Actes 2 (67) Actes 4:29-31 (67b) Proverbes 29:25-26 (68) Luc 12:2-4 (69) Marc 8:37-38 (70) Romains 1:15-17 (71) Psaumes 45:2-4 (72) Hébreux 12:13-15 (73) Apocalypse 12:10-12 (74) Actes 7 (75) Luc 3:4-6 (76) Luc 6:42 (77) 1 Pierre 3:9-11 (78) Galates 6:1-3 (79) Matthieu 12:20 (80) 1 Corinthiens 10:11-13 (81) 1 Thessaloniciens 5:14 (82) Joël 2:28-30 (83) Psaumes 25:5 (84) Jean 4:24 (85) Hébreux 10:5-7; Psaumes 40:6-8 (86) Jean 14:8-11 (87) Jean 14:12 (88) Jean 10:7-9 (89) Actes 4:12 (90) Éphésiens 1:3-6 (91) Éphésiens 2:13-22 (92) Ésaïe 53 (93) Romains 11:23-26 (94) Galates 3:7-9 (95) Apocalypse 21 (96) 1 Corinthiens 15:27-28 (97) Matthieu 13:43 (98) Exode 28:17-21 (99) Romains 12:4-5 (100) Genèse 49; Deutéronome 33 (101) 1 Pierre 1:3-5 (102) Hébreux 12 (103) Éphésiens 1:17-20 (104) Actes 1:6-14 (105) Apocalypse 21 (106) Actes 2:46-47 (107) Exode 28:15-21 (108) Colossiens 1:25-28 (109) Apocalypse 2:17 (110) Apocalypse 21:10-12 (111) Marc 10:28-30 (112) Hébreux 10:24-25 (113) Éphésiens 2:6-8 (114) 1 Samuel 17:39-45 (115) Zacharie 4:5-7 (116) Jean 6:37


www.paulschilliger.com