Le soleil longeait la crête et ses rayons atténués carressaient les cerisiers. Il se dégageait une quiétude qui me fit du bien. Je venais de traverser une année difficile et c'était aussi le jour où, quelques années plus tôt, une amie s'était éteinte sans que j'aie eu l'occasion de la revoir. J'eus soudain la certitude que les événemets de nos vies sont comme les fils qui se perdent dans l'entrelas de l'envers du tissage. Un jour, je l'espère, nous serons du bon côté et nous verrons que nos peines auront contribué à tisser une fresque grandiose.