Paul Schilliger Photography
L'heure tardive me contraignait à des temps de pose assez longs, mais un courant soufflait presque sans discontinuer. Je devais masquer l'objectif quand les feuillages commençaient à s'agiter, et continuer la pose lorsque tout s'était à nouveau immobilisé.