Le soleil s'était caché depuis un bon moment et il se faisait tard lorsqu'enfin le vent thermique s'arrêta de souffler. J'attendis que la végétation cesse complètement de bouger et exposai environ quinze secondes. Cette image fût une des premières bonnes images que je réalisai avec une chambre photographique. Je me disais en la prenant: “Voilà le genre d'images que je veux faire”. Ma position, campé dans un buisson de genévrier au-dessus du sentier était plutôt inconfortable et même risquée, et j'ai trébuché quelques fois en redescendant dans le noir, mais je me souviens encore du bonheur que j'avais dans le coeur. Il me semblait que la nature entière louait le Créateur avant d'entrer dans le long sommeil hivernal.