J'avais parcouru le Vallon de l'Aubonne tardivement dans la journée et dans la saison. Partout ailleurs, les feuillages avaient pratiquement disparu, mais dans le fond du vallon protégé du vent, subsistaient des couleurs et des textures intéressantes.