La plupart des peuplements forestiers sont le résultat de l'exploitation de l'homme, c'est la raison pour laquelle on voit très peu d'essences de faible rapport comme les érables, les trembles, les bouleaux, les tilleuls, les sorbiers et autres cerisiers. Il en résulte une forêt monotone composée essentiellement de sapins et de hêtres. Ici, cette clairière plantée de mélèzes formait une tache de couleur qui égayait un peu la monotonie du lieu.