BLOG – La pensÉe du Mois

Chaque mois, un nouveau partage d'idées en lien avec l'actualité.

 

Actuel : 
Amérique: d'où lui vient son nom?
L'Actualité au Moyen-Orient
L'Aventure la plus Formidable?

 

 


 
La pensée du mois — 2022-2023

 

“Cesse de croire, et instruis-toi”.

 

12 avril

Félicitations à Heart Dive, Kanoe Gibson et ses amis !

Ils pourraient développer leur propre entreprise avec succès ou simplement profiter de la vie en famille, mais une petite équipe s'engage à fouiller quotidiennement la Bible pour en extraire la substance et nous servir le lait et le miel de la Parole de Dieu. Le 100'000ème abonné est arrivé alors qu'ils atteignaient leur centième jour d'engagement en 2024, un succès bien mérité pour ces formations d'exception. (Activer les sous-titres et la traduction).

 

 

avril 2024
Pourquoi avons-nous remplacé Pâque par la Résurrection ?

Le contenu du fil de mars que je viens de terminer s'est avéré être un peu long. Je vais donc retirer les éléments liés à la Pâque, et développer ce sujet d'actualité dans un nouveau fil de discussion.

Au cours de notre conversation du mois dernier, nous nous sommes souvenus des dangers qu'il y a à vouloir suivre une religion. Aucune religion au monde n'est vierge, mais toutes ont été soumises à l'esprit qui gouverne ce monde. La religion chrétienne ne fait pas exception, et j’ai expliqué comment et pourquoi elle a été séparée de ses racines juives pour être ensuite greffée sur le fond grec et babylonien de notre culture européenne. En décapitant la religion juive et en amputant la religion chrétienne de ses racines, le diable a su freiner la progression du Royaume de Dieu en manipulant ces fragments d'une religion tronquée pour établir son propre règne. Si nous nous contentons d'adhérer à une religion quelle qu'elle soit, nous allons probablement passer à côté de notre salut et finir en enfer. C’est vrai, j’ai dit un mot que personne n’aime entendre ou lire, mais l'issue est tout simplement trop sérieuse pour ne pas être mentionnée. La Vie éternelle ne s'obtient pas par la pratique religieuse, et je suis chagriné de constater que des millions de gens pratiquent une religion qui ne les sauvera pas de l'enfer. Mais Jean dit que la Vie est dans la personne du Fils de Dieu, et que Dieu nous a donné les prémices de cette vie en nous donnant son Fils, et l'Esprit de son Fils par lequel nous appelons Dieu: Père.

«Celui qui croit au Fils de Dieu a ce témoignage en lui-même; celui qui ne croit pas Dieu le fait menteur, puisqu'il ne croit pas au témoignage que Dieu a rendu à son Fils. Et voici ce témoignage, c'est que Dieu nous a donné la vie éternelle, et que cette vie est dans son Fils. Celui qui a le Fils a la vie; celui qui n'a pas le Fils de Dieu n'a pas la vie».  1 Jean 5:10-12.

J'avais également rappelé que Jésus et ses disciples étaient confrontés à une conspiration du monde politique et religieux, contre eux mais en réalité contre Dieu. Le succès de l’intrigue dépend de la façon dont nous l'envisageons. Pour certains, cela peut sembler avoir été un succès, mais le diable sait qu'il a été légalement vaincu lors de cette confrontation, et ce n'est désormais qu'une question de temps avant que le jugement ne vienne, un jugement retenu principalement pour permettre au plus grand nombre de changer de camp avant qu'il ne soit trop tard. … (Cliquez pour lire la suite)

Lire la suite

 

Qu'est-ce que la Pâque Hébraïque ?

La Pâque Juive est un événement qui prend place à l'origine en Egypte. Sous la pression de jugements exponentiels qui vont s'exercer à leur égard, les oppresseurs du peuple de Dieu vont être contraints de laisser partir les Hébreux, qui sous la conduite de Dieu vont pouvoir reprendre le chemin de leur conquête d'une liberté conditionnelle, celle des fils de Dieu. Malgré leurs peines et malgré la brutalité avec laquelle ils ont été traités durant ces quatre cent années de captivité, les Israélites se sont multipliés et ils partent en emportant la force de l’Égypte. Le sens premier du mot Pesach, ou Pâque, vient du «passage du Seigneur» qui vient en personne pour précéder son peuple. Cette nuit-là, un ange de destruction va faire mourir tous les premiers-nés d’Egypte. Mais le Fils de Dieu, son premier-né, se présentera comme un substitut pour tous ceux qui le reconnaîtront comme leur sauveur. L’Agneau de Dieu n'avait pas encore été immolé, mais la grâce était disponible sous forme d'un crédit garanti si vous me permettez cette façon de le dire, car la chose avait été prévue avant la fondation du monde.

«Vous avez été libérés de cette manière futile de vivre que vous ont transmise vos ancêtres et vous savez à quel prix. Ce n’est pas par des biens périssables comme l’argent et l’or. Non, il a fallu que Christ, tel un agneau pur et sans défaut, verse son sang précieux en sacrifice pour vous. Dès avant la création du monde, Dieu l’avait choisi pour cela, et il a paru, dans ces temps qui sont les derniers, pour agir en votre faveur. Par lui, vous croyez en Dieu, qui l’a ressuscité et lui a donné la gloire. Ainsi votre foi et votre espérance sont tournées vers Dieu».   1 Pierre 1: 18-21.

Ce sacrifice volontaire sera donc préfiguré par celui d'un agneau sans défaut qu'il faudra consommer dans la nuit qui précédera leur départ. Les Hébreux devaient prendre ce repas à la hâte, en étant habillés, leur manteau noué autour de la taille, debout, leurs chaussures aux pieds et prêts à partir au signal donné par Moïse. Nous sommes ainsi invités à partager ces signes dans ce qu'on appelle le repas du Seigneur ou la communion, chaque jour de notre vie chrétienne, en étant attentifs aux signes des temps et dans l'attente du moment secret où Jésus «passera» nous chercher.

«Les choses se passeront comme lorsqu’un homme quitte sa maison pour un long voyage et en laisse la responsabilité à ses serviteurs, en confiant à chacun sa tâche. Il commande au portier de veiller. Tenez-vous donc vous aussi en éveil ! Car vous ne savez pas quand le maître de la maison doit revenir : sera-ce tard ? à minuit ? au chant du coq ? ou le matin ? Qu’il ne vous trouve pas en train de dormir s’il revient à l’improviste !»   Marc 13:34-36.

Alors, que sont nos fêtes de Pâques dans ce contexte de religion contrefaite? Le terme anglais Easter est dérivé de la fête du printemps saxonne dédiée à Ēostre ou Āsteron, la déesse du printemps. On décorait des oeufs, symbole de vie, on s'offrait des lapins pour suggérer la fertilité et on confectionnait des petits biscuits ronds sensés représenter le corps de Tammuz, fils d'Āsteron ou Ishtar, la Reine du ciel  – un fils mort et qui ressuscite chaque jour, comme le soleil invaincu. On avait passé quarante jours dans une sorte d’abstinence avant de se livrer à une débauche sexuelle sensée produire des bébés que l'on sacrifierait plus tard. Ces pratiques réclamées par un esprit malade étaient écoeurantes. Paul écrit aux Galates comme s'ils avaient perdu tout bon sens.

«Nous aussi, de la même manière, lorsque nous étions enfants, nous étions sous l'esclavage des rudiments du monde; mais, lorsque les temps ont été accomplis, Dieu a envoyé son Fils, né d'une femme, né sous la loi, afin qu'il rachetât ceux qui étaient sous la loi, afin que nous reçussions l'adoption. Et parce que vous êtes fils, Dieu a envoyé dans nos coeurs l'Esprit de son Fils, lequel crie: Abba! Père! Ainsi tu n'es plus esclave, mais fils; et si tu es fils, tu es aussi héritier, par la grâce de Dieu.
Autrefois, ne connaissant pas Dieu, vous serviez des dieux qui ne le sont pas de leur nature; mais à présent que vous avez connu Dieu, ou plutôt que vous avez été connus de Dieu, comment retournez-vous à ces faibles et pauvres rudiments, auxquels de nouveau vous voulez vous asservir encore? Vous observez les jours, les mois, les temps et les années! Je crains d'avoir inutilement travaillé pour vous. Soyez comme moi, car moi aussi je suis comme vous. Frères, je vous en supplie.».  Galates 4: 3-7.

Pâques est devenue pour les chrétiens, la fête de la résurrection de Jésus. Mais est-ce ainsi que Jésus lui-même envisageait la célébration de la Pâque? Jésus est chargé d'une mission qui n'est pas celle d'anesthésier les hommes en attendant leur propre résurrection. Au contraire, il vient pour les préparer à une nouvelle Pâque, pour un nouveau passage comme le suggère le mot Pesach.

«Père, je veux que là où je suis ceux que tu m'as donnés soient aussi avec moi, afin qu'ils voient ma gloire, la gloire que tu m'as donnée, parce que tu m'as aimé avant la fondation du monde». Jean 17: 24.

Il leur fournira un enseignement approprié, puis il les équipera en leur insufflant son Saint-Esprit, non pas pour qu'ils restent assis à célébrer sa résurrection avec du champagne, des œufs en gelée et du chocolat, mais pour les préparer à quitter ce monde. Le soir de la Pâque, Dieu traversa l’Égypte et il emmena son peuple avec lui. Oui, nous partirons bientôt, mais pour revenir et réinvestir le monde, sous une autre forme, dans un corps glorifié, quelle que soit cette nouvelle identité. Parce qu’il existe une idée fausse persistante à propos du Ciel. Le ciel est le domaine de Dieu et ses parvis ne sont pour les hommes qu'un lieu de transit, – Jésus dit quelque part : «comme au temps de Noé» –, une arche dans laquelle nous serons en sécurité. Mais notre héritage et notre réalité seront toujours liés à cette Terre et à la nouvelle Terre qui un jour la remplacera.

«En effet, au signal donné, sitôt que la voix de l’archange et le son de la trompette divine retentiront, le Seigneur lui-même descendra du ciel, et ceux qui sont morts unis à Christ ressusciteront en premier lieu. Ensuite, nous qui serons restés en vie à ce moment-là, nous serons enlevés ensemble avec eux, dans les nuées, pour rencontrer le Seigneur dans les airs. Ainsi nous serons pour toujours avec le Seigneur. Encouragez-vous donc mutuellement par ces paroles.» 1 Thessaloniciens 4: 16-18.

«Quant à l’époque et au moment de ces événements, vous n’avez pas besoin, frères et sœurs, qu’on vous écrive à ce sujet : vous savez fort bien vous-mêmes que le jour du Seigneur viendra de façon aussi inattendue qu’un voleur en pleine nuit. Lorsque les gens diront : «Paix et sécurité !», alors la ruine fondra subitement sur eux, comme les douleurs saisissent la femme enceinte, et aucun n’échappera». 1 Thessaloniciens 5: 1-3.

«Que le Seigneur augmente de plus en plus parmi vous, et à l'égard de tous, cet amour que nous avons nous-mêmes pour vous, afin d'affermir vos coeurs pour qu'ils soient irréprochables dans la sainteté devant Dieu notre Père, lors de l'avènement de notre Seigneur Jésus avec tous ses saints!» 1 Thessaloniciens 3: 12-13.

«Heureux et saints ceux qui ont part à la première résurrection! La seconde mort n'a point de pouvoir sur eux; mais ils seront sacrificateurs de Dieu et de Christ, et ils régneront avec lui pendant mille ans».   Apocalypse 20: 6.

 

Les Éléments qui nous Transforment.

Jésus est le fruit, ou l'accomplissement, de toutes les paroles prophétiques qui ont été annoncées dans l'Ancienne Alliance. Et comme Moïse a fait sortir le peuple d'Israël d’Égypte, pour que Dieu le transplante dans une nouvelle terre, Jésus veut nous emmener avec lui afin que, transformés à son image, nous revenions pour conquérir une Terre qui sera alors entièrement renouvelée par sa parole. Mais voulons-nous de cet avenir ou nous contenterons-nous de ce que nous avons dans le présent? Les quarante années perdues dans le désert sont pour nous une leçon. Il fut plus facile à Dieu de faire sortir son peuple d’Égypte que de faire sortir l’Égypte du coeur de ses enfants.

L'agneau devait être entièrement consommé durant la nuit, accompagné d'un breuvage d'herbes amères, et les restes étaient brûlés au feu – un sacrifice unique et définitif.

Lorsqu'il dit: «Je suis le pain de vie!» ou «Celui qui mange ma substance a la vie éternelle en lui», Jésus ne nous demande pas de nous livrer à un sacrifice humain et au cannibalisme, comme l'ont compris quelques personnes qui ont été scandalisées en l'entendant. Mais il fait allusion au fait qu'il est la parole créatrice de Dieu. «Tout a été créé par elle, et sans cette parole, rien n'a été créé», est-il écrit dans l’Évangile de Jean. Je ne vais pas me répéter, mais ce sujet est approfondi dans le texte du mois précédent.

«Il t'a donc affligé, il t'a fait souffrir de la faim et il t'a nourri de la manne que tu ne connaissais pas et que tes pères n'avaient pas connue, afin de t'apprendre que l'homme ne vit pas de pain seulement, mais que l'homme vit de tout ce qui sort de la bouche du Seigneur».   Deutéronome 8: 3.

La parole de Dieu dure éternellement, dit la Bible. Christ n'est pas seulement le Verbe et l'Agneau de Dieu, mais il est aussi notre Pâque.

«Faites disparaître le vieux levain, afin que vous soyez une pâte nouvelle, puisque vous êtes sans levain, car Christ, notre Pâque, a été immolé. Célébrons donc la fête, non avec du vieux levain, non avec un levain de malice et de méchanceté, mais avec les pains sans levain de la pureté et de la vérité».  1 Corinthiens 5: 7-8.

Communier à cette coupe, c'est s'identifier au substitut que Dieu lui-même a pourvu afin qu'il puisse nous épargner ! Il s'agit de rien de moins que de regarder dans les yeux celui dont le corps a été meurtri et qui a accepté de mourir à notre place, avant de pouvoir nous prendre en charge pour cet exode. C'est pourquoi ce rite est formidable. Par lui nous sommes délivrés et guéris si nos intentions sont pures, et par lui nous nous condamnerions si par légèreté nous trahissions Jésus en gardant un pied dans le monde dont il nous a arrachés au prix de sa vie.

«C'est pourquoi celui qui mangera le pain ou boira la coupe du Seigneur indignement, sera coupable envers le corps et le sang du Seigneur. Que chacun donc s'éprouve soi-même, et qu'ainsi il mange du pain et boive de la coupe». 1 Corinthiens 11: 27.

 

Le Pain de Vie et la Coupe Amère.

Après qu'il eut nourri la foule en multipliant les pains et les poissons, tous ces hommes ont peut-être en mémoire la manne que Moïse fit descendre du ciel comme une rosée dans le désert. Jésus voyant la foule qui le suivait, leur dit:

«En vérité, en vérité, je vous le dis, vous me cherchez, non parce que vous avez vu des miracles, mais parce que vous avez mangé des pains et que vous avez été rassasiés. Travaillez, non pour la nourriture qui périt, mais pour celle qui subsiste pour la vie éternelle, et que le Fils de l'homme vous donnera; car c'est lui que le Père, que Dieu a marqué de son sceau». Jean 6: 26-27.

«Jésus leur dit: En vérité, en vérité, je vous le dis, Moïse ne vous a pas donné le pain du ciel, mais mon Père vous donne le vrai pain du ciel; car le pain de Dieu, c'est celui qui descend du ciel et qui donne la vie au monde. Ils lui dirent: Seigneur, donne-nous toujours ce pain. Jésus leur dit: Je suis le pain de vie. Celui qui vient à moi n'aura jamais faim, et celui qui croit en moi n'aura jamais soif. Mais, je vous l'ai dit, vous m'avez vu, et vous ne croyez point. Tous ceux que le Père me donne viendront à moi, et je ne mettrai pas dehors celui qui vient à moi; car je suis descendu du ciel pour faire, non ma volonté, mais la volonté de celui qui m'a envoyé. Or, la volonté de celui qui m'a envoyé, c'est que je ne perde rien de tout ce qu'il m'a donné, mais que je le ressuscite au dernier jour. La volonté de mon Père, c'est que quiconque voit le Fils et croit en lui ait la vie éternelle; et je le ressusciterai au dernier jour».   Jean 6: 32-40.

Pourquoi Jésus nous demande-t-il aussi de boire son sang? Dieu interdit la consommation de sang. Alors bien sûr, Jésus ne fait pas référence au sang lui-même mais à la vie qui est dans le sang. Le sang représente la vie d'un être, et son propre sang a fait l'expiation pour que notre vie soit épargnée. Nous étions morts dans nos offenses dit la Bible, mais Jésus nous a ramenés à la vie en nous couvrant de son sang. La seule vie digne de renouveler notre vie est la vie de Dieu, puisqu’il est à l'origine de notre vie. C'est sa vie spirituelle qui désormais renouvelle notre corps.

«Car la vie de la créature est dans le sang, et je vous l'ai donné pour que vous fassiez l'expiation sur l'autel ; c’est le sang qui fait l’expiation pour la vie». Lévitique 17: 11.

Mais lors de la communion, son sang représente aussi sa mort. Avant d'être arrêté, Jésus a dit à ses disciples: «Pouvez-vous boire la coupe que je dois boire?». Il faisait allusion à son supplice.

«Car j'ai reçu du Seigneur ce que je vous ai enseigné; c'est que le Seigneur Jésus, dans la nuit où il fut livré, prit du pain, et, après avoir rendu grâces, le rompit, et dit: Ceci est mon corps, qui est rompu pour vous; faites ceci en mémoire de moi. De même, après avoir soupé, il prit la coupe, et dit: Cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang; faites ceci en mémoire de moi toutes les fois que vous en boirez. Car toutes les fois que vous mangez ce pain et que vous buvez cette coupe, vous annoncez la mort du Seigneur, jusqu'à ce qu'il vienne». 1 Corinthiens 11.

Paul nous rappelle que boire à cette coupe, c'est proclamer la mort du Seigneur jusqu'à ce qu'il vienne. Et c'est encore une référence à la Pâque juive et aux amères souffrances de cet agneau sans défaut représentant le Fils de Dieu, qui est immolé à la veille de la sortie d’Égypte et dont le sang couvrira les maisons des Israélites, afin que lorsque Dieu «passera», précédé de l’ange de la destruction, les croyants soient épargnés. La coupe amère peut aussi représenter les souffrances des Israélites réduits en esclavage dans un pays étranger. En buvant à cette coupe, nous nous rappelons que tout cela sera bientôt terminé, avec le retour de Jésus.

«Vous prendrez ensuite un bouquet d'hysope, vous le tremperez dans le sang qui sera dans le bassin, et vous toucherez le linteau et les deux poteaux de la porte avec le sang qui sera dans le bassin. Nul de vous ne sortira de sa maison jusqu'au matin. Quand l'Éternel passera pour frapper l'Égypte, et verra le sang sur le linteau et sur les deux poteaux, l'Éternel passera par-dessus la porte, et il ne permettra pas au destructeur d'entrer dans vos maisons pour frapper. Vous observerez cela comme une loi pour vous et pour vos enfants à perpétuité». Exode 12:22-24

Dans l'ancienne alliance, le sang d'une victime expiatoire est une couverture dont ceux qui sont aspergés bénéficient symboliquement. Pierre nous fait comprendre que cet agneau préfigurait le sacrifice expiatoire du Fils de Dieu. Dans 1 Pierre 1, il dit que «Dieu, le Père, a choisi ceux qui conformément à son plan ont été purifiés par l'Esprit, pour obéir à Jésus Christ et bénéficier de l'aspersion de son sang». Notons les étapes: L’Esprit nous sanctifie ou nous renouvelle, pour que nous puissions obéir à Jésus Christ et ainsi prendre part à l'aspersion de son sang, ou en d'autres termes, recevoir notre sauf-conduit pour le Royaume qui vient. Jésus dit:

«Pour ce qui est du jour et de l'heure, personne ne le sait, ni les anges des cieux, ni le Fils, mais le Père seul. Ce qui arriva du temps de Noé arrivera de même à l'avènement du Fils de l'homme. Car, dans les jours qui précédèrent le déluge, les hommes mangeaient et buvaient, se mariaient et mariaient leurs enfants, jusqu'au jour où Noé entra dans l'arche; et ils ne se doutèrent de rien, jusqu'à ce que le déluge vînt et les emportât tous : il en sera de même à l'avènement du Fils de l'homme. Alors, de deux hommes qui seront dans un champ, l'un sera pris et l'autre laissé; de deux femmes qui moudront à la meule, l'une sera prise et l'autre laissée. Veillez donc, puisque vous ne savez pas quel jour votre Seigneur viendra».   Matthieu 24: 36-42.

Assurons-nous que nous soyons prêts pour notre Pâque !

 

 

 


Comment la Pâque Juive est-elle devenue les Fêtes de Pâques | LHT Presents

L’Église du Nouveau Testament ne célébrait pas les fêtes de Pâques. Pourquoi, et qu’est-ce qui a changé? Phil Sandilands parle du changement de la Pâque (que Dieu a demandé de célébrer jusqu'à son retour) pour Pâques, fête de la résurrection et du printemps, une fête d'origine païenne. Découvrez pourquoi la Pâque originale est toujours d'actualité et pourquoi elle est très importante pour les chrétiens. (Activer les sous-titres et la traduction)



Amir Tsarfati : Jésus et la Pâque

Jésus, vu à travers les yeux d'un Juif, révélant le véritable sens de la symbolique de la Pâque de l'Ancien Testament, révélée à la lumière des événements du Nouveau Testament. (Activer les sous-titres et la traduction)




La Vérité sur Pâque| Robert Breaker

Un enseignement approfondi sur les origines lucifériennes du symbolisme, des rites et des fêtes religieuses et festivals observés dans le christianisme traditionnel.  (Aactiver les sous-titres et la traduction)




Découvrez votre objectif divin – et devenez le compagnon de Dieu ! | Jonathan Cahn

Un des beaux mystères de Dieu commence dans le Jardin et réapparaît avec le Messie dans votre salut. La réalité trouve son explication dans ce mystère ! Le monde d’aujourd’hui risque bientôt vous faire flipper si ce n’est pas déjà le cas. Mais si vous entrez dans la destinée que Dieu vous a réservée, alors vous vivrez ces moments dans la joie. (Activer les sous-titres et la traduction)

 


 

 

Mars 2024
Quelles leçons devrions-nous retenir de l'histoire ? (complété)

Récemment, une amie me rappelait ma promesse de mettre en ligne quelques nouvelles images. Cette annonce était parue sur mon site en décembre. Elle a été ajournée de mois en mois, à cause de circonstances adverses touchant des proches et auxquelles il a fallu faire face. Les images sont cependant prêtes et il ne reste plus qu'à en sélectionner quelques-unes, à trouver l'inspiration pour une présentation, et à les mettre en ligne. Mais tout cela me semble tout à coup si futile…

L'adversité et la souffrance créent un climat d'incertitude qui n'est guère propices à notre créativité. Et actuellement, c'est le monde entier qui souffre de ne plus savoir sur quel pied danser. Il semble que la récréation soit terminée. Les perspectives s'obscurcissent avec de nombreux discours alarmistes sur l'état du monde, et les propositions encore plus inquiétantes d'une prise en main autoritaire émises par les éminences du G7 et du Forum Économique Mondial. Faut-il croire aux prédictions environnementales, adhérer aux discours néofascistes ou écouter ceux qui prétendent que tout va bien et qu'en réalité, rien n'a changé ?

Je ne suis ni prophète, ni issu d'une école de prophète, mais je suis berger, et je cultive des sycomores. L’Éternel m'a pris derrière le troupeau, et l'Éternel m'a dit: Va, parle de ma part à mon peuple d'Israël. Amos 7: 13-15

Ces paroles sont celles d'un berger, coureur de collines, qui n'a certainement ni l'étoffe ni même l'ambition d'être un prophète. Mais à cause de la démission des serviteurs de Dieu, Dieu force cet homme de paix, proche des réalités quotidiennes de beaucoup de gens, à délivrer un message très dérangeant, afin d'avertir ses concitoyens de désastres imminents. Les prêtres tentent d'abord de le raisonner : Tout va bien, calme-toi, rien de ce que tu annonces n'arrivera ! Mais comme il persiste, ils l'accusent ensuite d'être un conspirateur et lui ordonnent de se taire. …  (Cliquez pour lire la suite)

Lire la suite

Je n'aurais pas pensé qu'un jour, j'allais parler des choses graves qui concernent notre monde, et je n'ai même jamais souhaité m'y intéresser. Tout ce que je voulais c'était vivre en paix en compagnie de personnes aimées, et explorer avec elles quelques parcelles d'un monde magnifique. Mais nul n'échappe à la réalité du monde. Et lorsque le diable ne sait plus par laquelle de vos faiblesses il peut vous entreprendre, il va s'en prendre à votre entourage, et principalement à ceux qui s'obstinent à ne pas vouloir prendre leurs responsabilités au niveau de leur foi et de leur connaissance de Dieu. Jésus savait que : «Un prophète n'est méprisé que dans sa patrie, parmi ses parents, et dans sa maison». Si vous n'avez pas su à un moment donné, suivre le Christ en quittant père et mère, alors, au lieu de vivre cette aventure d'obéissance à Dieu en surfant sur votre foi et sur quelques miracles, vous serez bientôt acculé dans une situation où vous n'aurez de cesse de colmater les brèches que les démons vont ouvrir parmi vos proches, pour vous accaparer et vous décourager d'entreprendre des choses qui pourraient faire avancer le Royaume de Dieu. Et c'est exactement ce qui se passe dans le monde. Le diable devient fou furieux à cause des efforts de ceux qui font avancer la connaissance de Dieu, et il allume des incendies partout. Beaucoup de journalistes et de politiciens sont inquiets. Le mal explose. Mais ce que nous voyons, ce sont en réalité les leurres qui servent à masquer les véritables enjeux. Un imposteur reste pour l’instant le maître du jeu pour une majorité d’hommes. Mais, heureusement, quel que soit le mal qu'il nous destine, nous qui sommes passés sous la houlette d'un autre berger, savons que Dieu retournera ce mal à notre avantage.

 

La leçon du jour : Si le monde va mal aujourd'hui, c'est parce que la connaissance de Dieu s'est perdue.

Oui, mon peuple périt faute de connaissance. Parce que vous les prêtres, vous avez rejeté la connaissance, je vous rejetterai et vous ne serez plus mes prêtres. Vous avez oublié la Loi de votre Dieu. Alors à mon tour, j'oublierai vos enfants. Osée 4: 6.

A l'approche d'une nouvelle fête de Pâque, il semble que le temps s'emballe. Et il se pourrait d'ailleurs que ce soit un autre signe des temps de la fin, Dieu raccourcissant le temps afin de favoriser en nous une prise de conscience. Pâque est pour beaucoup de gens, synonyme de réjouissances. Les primevères succèdent aux perce-neige, le printemps à l'hiver. Pour les chrétiens, la vie a finalement eu sa victoire sur la mort. Mais le prélude à cette fête de Pâque est beaucoup moins romantique.

En lisant les Évangiles et les Actes des apôtres, une chose saute aux yeux. Certains Juifs sont très en colère. Ils sont profondément dérangés par ceux qui annoncent que Jésus est le Messie d'Israël. Il faut dire qu'Israël vient de traverser une période brutale et douloureuse, et ce n'est certainement pas le moment de réveiller un conflit dormant en attirant sur eux le regard de l'aigle impérial et en renonçant à la fragile Pax Romana. Leurs chefs n'ont pas besoin d'un autre agitateur ou d'un “sauveur” qui va courroucer l'empire. Alors ils vont s'en tenir au statu quo. Ce Jésus est un doux rêveur, un arriviste sorti de nulle part et qui n'a aucune idée des responsabilités auxquelles ils font face. Il ne correspond ni de près, ni même de très loin, aux critères qu'ils ont établis et qui concernent l'hypothétique libération de leur nation par un prince de guerre. S'ils avaient lu les prophètes… Mais ils s'en tiendront à leurs préjugés, et vont devoir se débarrasser de cet empêcheur de tourner en rond promptement, et avec lui, de tous ceux qui le suivent, afin de prouver à César qu'ils sont toujours partie prenante dans son empire et qu'ils restent en faveur de la paix romaine. Comme le dira Caïphe, le grand prêtre: «Vous ne voyez pas qu'il est de notre intérêt qu'un seul homme meure pour le peuple, pour que la nation ne disparaisse pas tout entière?».

Ceci n'empêchera pas les Romains d'écraser leur nation une nouvelle fois, soixante dix ans plus tard, en rasant le temple comme l'avait annoncé Jésus, et en renommant le Royaume d'Israël: «Palestine», c'est à dire «pays des Philistins», afin de priver les Juifs d'une identité future. Les Philistins, ces descendants de Crétois, de mauvaise réputation selon Paul, semblent avoir ravagé, l’est de la Méditerranée vers la fin de l’âge du bronze, et conquis ces côtes désormais mal famées où se sont développés entre autres, le culte de Baal, ou Dagon, seigneur du tonnerre, et d'Ashera ou Astarté, sa mère, reine du ciel et déesse de la fertilité. Les peuples cananéens se livraient au culte de Moloch ou Kémosh, auquel on sacrifie des bébés en les brûlant vifs, ainsi qu'à la prostitution rituelle. Dieu ayant résolu de faire disparaître ces abominations, Josué et les rois d’Israël les conquerront, avant d'être à leur tour dépossédés de ces territoires par les Romains. Les avancées accordées par Dieu sont conditionnelles.

 

Ce qui s'est passé du temps de Jésus, nous arrive à nouveau.

N'est-ce pas précisément pour éviter cette confrontation à l'empire de fer, que de nombreux chrétiens ont accepté tacitement le compromis au cours de l'histoire, afin de vivre en paix dans un monde qui reste foncièrement opposé à leur Dieu et à leurs idéaux? Depuis un siècle environ, l'expression de la foi chrétienne a connu une liberté sans précédent dans certains pays occidentaux. Dieu a favorisé cette liberté afin que la bonne nouvelle de l’Évangile de Jésus Christ puisse être annoncée à toutes les nations de la terre, avant que vienne la fin. Car, comme Dieu a donné à chaque individu la possibilité de faire des choix qui détermineront de son éternité, il a voulu que chaque nation ait aussi la possibilité de choisir ou de rejeter le Dieu d'Israël, afin d'être jugée équitablement. Ce qui détermine le début de la fin de ce monde, c'est l'état d'avancement de la prédication de l’Évangile. Une paix providentielle et cependant bien illusoire. La foi au Dieu de la Bible et l'obéissance à ses préceptes, pourraient bientôt être rendues illégales. Des lois sont régulièrement votées, et il est déjà illégal d'avoir des positions pro-life dans certains états, ou de discriminer les personnes dont la sexualité est déviante. Des parents sont traduits en justice parce qu'ils demandent des explications aux enseignants qui violent la conscience de leurs jeunes enfants en leur montrant des choses que les enfants ne doivent pas voir. Le monde cherche à balayer tout ce qui reste d'une étique biblique afin d'établir de nouvelles lois qui auront trait, notamment, à la modification génétique et bio-technologique des êtres humains, et impliquant l'intelligence artificielle comme moyen de contrôle. Une persécution s'organise qui n'épargnera aucun homme craignant Dieu, pas même nos braves frères catholiques universalistes. Mais avant que ce projet d'éradication des valeurs bibliques ne puisse être appliqué à large échelle, il faudra que le sel de la terre lui ait été retiré, en d'autres termes, il faudra que les chrétiens remplis du Saint Esprit aient été élevés auprès du Christ. Matthieu 5: 13 «Vous êtes le sel de la terre. Si ce sel perd sa saveur, avec quoi la salera-t-on ? Ce sel ne vaut plus rien : il n'est bon qu'à être jeté dehors et piétiné».

«Or ceux qui vivent selon la chair ne sauraient plaire à Dieu. Pour vous, vous ne vivez pas selon la chair, mais selon l'esprit, si du moins l'Esprit de Dieu habite en vous. Si quelqu'un n'a pas l'Esprit de Christ, il ne lui appartient pas. Et si Christ est en vous, le corps, il est vrai, est mort à cause du péché, mais l'esprit est vie à cause de la justice». Romains 8: 8-10.

Les chrétiens qui n'auront pas jugé bon de recevoir le Saint-Esprit, vont alors être en grand danger, étant devenus gênants pour le monde, et désavoués par Dieu lui-même. C'est pourquoi Ésaïe, dit:

«Tournez-vous donc vers l’Éternel, tant qu’on peut le trouver. Adressez-vous à lui tant qu’il est proche ! Que le méchant abandonne sa voie, Et l'homme d'iniquité ses pensées; Qu'il retourne à l'Éternel, qui aura pitié de lui, A notre Dieu, qui ne se lasse pas de pardonner.» Ésaïe 55: 6-7

 

Paul avertit son disciple Timothée, des dangers de l'illétrisme biblique.

L'illettrisme biblique constitue un terreau dans lequel aucun arbre ne peut se développer. Seuls préjugés, superstitions, déviances et passions de toutes espèces y prospèrent.

«Sache que, dans les derniers jours, il y aura des temps difficiles. Car les hommes seront égoïstes, amis de l'argent, fanfarons, hautains, blasphémateurs, rebelles à leurs parents, ingrats, irréligieux, insensibles, déloyaux, calomniateurs, intempérants, cruels, ennemis des gens de bien, traîtres, emportés, enflés d'orgueil, aimant le plaisir plus que Dieu, ayant l'apparence de la piété, mais reniant ce qui en fait la force. Éloigne-toi de ces hommes-là. Il en est parmi eux qui s'introduisent dans les maisons, et qui captivent des femmes d'un esprit faible et borné, chargées de péchés, agitées par des passions de toute espèce, apprenant toujours et ne pouvant jamais arriver à la connaissance de la vérité.

Toi, demeure dans les choses que tu as apprises, et reconnues certaines, sachant de qui tu les as apprises; dès ton enfance, tu connais les saintes lettres, qui peuvent te rendre sage à salut par la foi en Jésus Christ. Toute Écriture est inspirée de Dieu, et utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger, pour instruire dans la justice, afin que l'homme de Dieu soit accompli et propre à toute bonne oeuvre».   Seconde lettre de Paul à Timothée, 3.

Un jour, je vous raconterai à nouveau comment j'ai été touché par le Saint-Esprit, simplement en lisant le Nouveau Testament dans la Bible catholique de mes parents, alors que je voulais seulement me prouver que Dieu n'existait pas et qu'en réalité, l'homme était Dieu. Dieu m'a alors rejoint dans mon ignorance, et c'est lui qui m'a prouvé que je n'étais pas sans lui. Dans un message que j'ai mis en lien ci-dessous, intitulé «Découvrir votre destinée dans le Royaume de Dieu», le prédicateur nous rappelle quelques passages des Écritures dans lesquels Dieu nous révèle qu'il nous connait depuis bien avant notre naissance, et même qu'il s'intéresse à notre avenir depuis bien avant notre conception ! Nous avons tous une identité cachée en lui, une identité que ne connaissaient pas nos parents, et que nous ne soupçonnions même pas jusqu'à ce qu'il nous permette de la découvrir. Psaume 139: 13. Jérémie 1:5. Matthieu 16: 18.

 

S'attacher à Dieu, c'est notre bien.

Jérémie nous offre ce texte magnifique et bien connu, dans lequel Dieu met en contraste l'homme qui s'appuie sur la sagesse de l'homme, et celui qui cherche Dieu.

«Maudit soit l'homme qui se confie dans l'homme, Qui prend la chair pour son appui, Et qui détourne son coeur de l'Éternel! Il est comme un misérable dans le désert, Et il ne voit pas arriver le bonheur; Il habite les lieux brûlés du désert, Une terre salée et sans habitants. Béni soit l'homme qui se confie dans l'Éternel, Et dont l'Éternel est l'espérance! Il est comme un arbre planté près des eaux, Et qui étend ses racines vers le courant; Il n'aperçoit pas la chaleur quand elle vient, Et son feuillage reste vert; Dans l'année de la sécheresse, il n'a pas de crainte, Et il ne cesse de porter du fruit. Le coeur est tortueux par-dessus tout, et il est méchant: Qui peut le connaître? Moi, l'Éternel, j'éprouve le coeur, je sonde les reins, Pour rendre à chacun selon ses voies, Selon le fruit de ses oeuvres». Jérémie 17: 5-10.

 

Que représente la religion aujourd'hui?

Certes, on ne devrait pas jeter le bébé avec l'eau du bain. La religion enseigne des principes qui sont bénéfiques à la vie en société. Ce n'est toutefois pas le cas de toutes les religions. La religion remplit-elle son rôle, aujourd'hui? Ce que l'on constate, c'est que le monde devient irréligieux d'une part, et fanatique d'autre part.

Le problème de la religion réside peut-être dans l'étymologie même du mot.

Deux étymologies sont possibles, qui ne sont pas opposées :

1) Religere = se connecter, trouver une entente dans le but de contrôler la croyance. On peut par extension relier le terme à l'idée d'un gouvernement, moral ou politique.

2) Relegere = relire, s'assurer de l'intelligence d'une croyance, par opposition à une simple superstition.

Ces deux éventualités impliquent une intervention humaine. Les hommes se concertent sur les moyens de contrôler la croyance et son contenu, ou de contrôler les hommes par le biais de la croyance, des démarches qui peuvent se justifier, mais jusqu'à un certain point seulement. La croyance doit guider, mais elle ne doit pas devenir une fin en soi. La croyance est un ensemble de préceptes humains affectés à l'observation d'un rite. La messe et le culte sont des rites, et par définition, des démarches humaine visant à s'attirer les bonnes grâces d'une divinité, ou celles des participants au culte. Par définition, la religion, comme la loi de Moïse, est inaccomplie, dans ce sens que les éléments rudimentaires qui y sont exposés servent à prouver aux homme qu'ils sont en état de perdition en regard des exigences de Dieu. Mais la religion à elle seule ne suffira pas à les sauver. La religion devrait conduire les hommes à rencontrer le Père, pour se retirer ensuite afin de laisser les hommes s'émanciper dans une relation avec lui. En tant qu'institution, elle a cependant tout avantage à garder les hommes dépendants et captifs, de même que par exemple la médecine rend les patients dépendants d'un système de soins qui la finance. Les doctrines et les éléments de la religion sont fluctuants, et ont changé au cours du temps, alors que le contenu de la Bible ne l'est pas.

Dans Matthieu 21, Marc 12 et Luc 20, Jésus dénonce le fait que les vignerons se sont emparés de la vigne, après avoir tué l'héritier légitime. Ceux qui l'entendent crient au scandale et que ces vignerons méritent d'être très sévèrement punis ! …avant de comprendre que c'est d'eux que Jésus parle. «Après avoir entendu ses paraboles, les principaux sacrificateurs et les pharisiens comprirent que c'était d'eux que Jésus parlait, et ils cherchaient à se saisir de lui; mais ils craignaient la foule, parce qu'elle le tenait pour un prophète».

«Pourquoi ce tumulte parmi les nations, Et ces vaines pensées parmi les peuples ? Les rois de la terre se sont soulevés, Et les princes se sont ligués Contre le Seigneur et contre son Oint (Psaume 2). En effet, contre ton saint serviteur Jésus, que tu as oint, Hérode et Ponce Pilate se sont ligués dans cette ville avec les nations et avec les peuples d'Israël, pour faire tout ce que ta main et ton conseil avaient arrêté d'avance». Actes 4: 25-28.

Le complot des gens religieux à l'égard de Jésus – et par extension, celui des hommes à l'égard de Dieu –, était totalement prévisible. David l'avait déjà annoncé dans le Psaume 2ème. Jésus fait, sur la religion de son temps, un constat sans appel :

Jésus leur répondit: Hypocrites, Ésaïe a bien prophétisé sur vous, ainsi qu'il est écrit: Ce peuple m'honore des lèvres, Mais son coeur est éloigné de moi. C'est en vain qu'ils m'honorent, En donnant des préceptes qui sont des commandements d'hommes. Vous abandonnez le commandement de Dieu, et vous observez la tradition des hommes. Marc 7: 6-8.

Le constat n'est-il pas le même aujourd'hui? Ce qui dans notre esprit a force de persuasion, ce n'est pas la parole de Dieu mais c'est celle d'un homme – qu'on l'appelle pape, apôtre évangéliste, dalaï-lama, imam ou chef d'état. Et avec le temps, le pape cède aux aménagements réclamés par ses fidèles. Si bien que l’Évangile n'est plus l’Évangile, mais il est devenu un message transmettant une sorte de gentillesse pacificatrice, humaniste, et presque bouddhiste dans son essence. Jésus ne mange pas de ce pain là. Il dit à ses disciples: «J'ai à manger une nourriture que vous ne connaissez pas. Ma nourriture est de faire la volonté de celui qui m'a envoyé, et d'accomplir son oeuvre» Jean 4: 32.

 

Ce que nous contemplons, nous le devenons.

«Et la parole a été faite chair, et elle a habité parmi nous, pleine de grâce et de vérité; et nous avons contemplé sa gloire, une gloire comme la gloire du Fils unique venu du Père.» Jean 1: 14.

Le propre de la contemplation c'est qu'elle nous transforme à l'image de l'objet de notre contemplation. Le jeune oiseau qui sort de son oeuf va s'imprégner de l'image du parent qu'il va contempler en ouvrant les yeux. Jésus a invité Nicodème, cet homme juste en recherche de vérité, à naître de nouveau. Nicodème était, à l'image des gens de son peuple, né dans une société et dans une religion. Mais Jésus l'invite à renaître de l'Esprit de Vérité. Mais comment? lui demande-t-il. «Tu es le docteur d'Israël et tu ne sais pas ces choses?» s'étonne Jésus. Les religieux passent leur temps à contempler leur religion. Il nous suffit de faire de même en contemplant cette fois la gloire du Fils unique venu du Père et en nous imprégnant de sa parole.

«Nous tous qui, le visage découvert, contemplons comme dans un miroir la gloire du Seigneur, nous sommes transformés en la même image, de gloire en gloire, comme par le Seigneur, l'Esprit». 2 Corinthiens 3: 18

Dès lors nous ne sommes plus du monde, même si nous vivons encore dans ce monde.

«Si vous étiez du monde, le monde aimerait ce qui est à lui; mais parce que vous n'êtes pas du monde, et que je vous ai choisis du milieu du monde, à cause de cela le monde vous hait». Jean 15: 19.

Nous avons tous envie qu'on nous aime. Mais il faut accepter que nous ne puissions pas être amis avec tous dans un monde qui entretient une rébellion contre Dieu. Dieu nous met ainsi à l'épreuve. «Si vous m'aimez, gardez mes commandements». «Ne vous mettez pas sous un même joug avec ceux qui n'ont pas reçu la même filiation». Nous ne pouvons pas nous associer en affaires avec ceux qui n'ont pas les mêmes valeurs, ni épouser une personne qui n'a pas les mêmes convictions, car ce serait nous préparer une tonne d'ennuis. Et cela implique aussi que nous devions parfois prendre des positions qui sont à contre-courant.

 

La Bible: un ouvrage subversif, et certains l'ont bien compris.

Qui a écrit la Bible ? De nombreux hommes en ont écrit une partie. Qui a réuni ces écrits en un seul? Encore une fois, des hommes se sont réunis, et après avoir prié et délibéré, ils ont été conduits à conserver les écrits qui constituent la Bible. Ils l'ont fait sous l'inspiration du même esprit : le Saint-Esprit de Dieu. On peut donc en conclure que la Bible a été écrite sous l’inspiration de Dieu. De nombreux hommes se sont attaqués à la Bible pour tenter de prouver sa non véracité. La plupart ont jeté l'éponge, mais quelques-uns se sont convertis au cours de l'exercice. La Bible est un livre qui présente une perfection mathématique qui ne peut s'expliquer. Il existe un lien ou un fil conducteur qui circule tout au long des livres de la Bible. Jésus et les apôtres mentionnent des passages des livres de la loi et des prophètes, en reconnaissant ainsi leur légitimité. La Bible dans son ensemble est un patchwork qui nous révèle le vrai visage de Dieu. Le fait est que la Bible est un tout. Elle se soutient et s'explique par elle-même. On ne peut comprendre le sens de certaines paroles qu'en ayant une connaissance approfondie de la Bible dans son ensemble. Le Nouveau Testament est indissociable de L’Ancien Testament. Il y a dans l'Ancien Testament des choses qui sont difficiles à accepter, jusqu'à ce que nous ayons compris leur bien-fondé. Mais à un moment donné, la chrétienté a jugé bon de séparer l’Évangile de son arrière-plan juif hébraïque, pour le rapprocher de la culture gréco romaine. Cette distanciation n'était pas innocente puisqu'on estimait que l’Église allait désormais se substituer aux Juifs dans la continuité du plan de Dieu pour le monde. Pour étayer cette théologie du remplacement, les pères de l'église sont allés puiser certaines notions dans la culture babylonienne, et dans l’Égypte ancienne, et ils les ont greffées sur la révélation du Nouveau Testament, ou inversement. C'est ainsi que sont apparus toute une série de doctrines et de rites non bibliques, comme le culte de la Vierge, alias la Reine du Ciel des Babyloniens ou les déesses du même ordre. Je le dis avec le plus grand respect pour Myriam, la mère de Jésus, car la pauvre n'y est pour rien, mais ce culte s'est substitué à la compréhension traditionnelle – Israël donnant naissance au Messie, qui à son tour donne naissance au peuple des rachetés. La cérémonie de la messe catholique introduit un nouveau sacrifice. Une forme de sacrifice humain dans lequel on consomme littéralement la chair et le sang du Fils de Dieu, par le biais de la transsubstantiation des anciens Égyptiens. Ce rite s'est substitué au partage du pain du Ciel, qui est la parole que le Christ, ou le Messie, a apportée au monde. Pourtant, lorsque Jésus a institué cette habitude qu'on appelle la sainte cène, ses disciples ne l'ont pas dévoré. Ils ont très bien compris que les paroles de Jésus faisaient allusion à l'agneau pascal sacrifié la veille de la sortie du peuple d'Israël d’Égypte. Dieu leur avait alors donné ce signe comme une préfiguration du sacrifice de son Fils, dont le sang couvrirait leurs péchés pour qu'ils ne soient pas jugés avec les Égyptiens, et dont la Vérité et l'Esprit (la chair) allaient leur conférer une force surnaturelle qui leur permettrait d'achever leur transition vers la liberté. Ils ont immédiatement compris que toute cette symbolique trouvait sa réalisation sous leurs yeux, autour de cette table pascale, et dans les événements à la fois tragiques et salvateurs qui allaient suivre.

«Ce n'est pas, en effet, en suivant des fables habilement conçues, que nous vous avons fait connaître la puissance et l'avènement de notre Seigneur Jésus-Christ, mais c'est comme ayant vu sa majesté de nos propres yeux. Car il a reçu de Dieu le Père honneur et gloire, quand la gloire magnifique lui fit entendre une voix qui disait: Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j'ai mis toute mon affection. Et nous avons entendu cette voix venant du ciel, lorsque nous étions avec lui sur la sainte montagne. Et nous tenons pour d'autant plus certaine la parole prophétique, à laquelle vous faites bien de prêter attention, comme à une lampe qui brille dans un lieu obscur, jusqu'à ce que le jour vienne à paraître et que l'étoile du matin se lève dans vos coeurs; sachant tout d'abord vous-mêmes qu'aucune prophétie de l'Ecriture ne peut être un objet d'interprétation particulière, car ce n'est pas par une volonté d'homme qu'une prophétie a jamais été apportée, mais c'est poussés par le Saint-Esprit que des hommes ont parlé de la part de Dieu». 2 Pierre 1: 16-21.

 

“L'appétit de savoir naît du doute. Cesse de croire et instruis-toi”. André Gide.

«Tu crois qu'il y a un seul Dieu, tu fais bien; les démons le croient aussi, et ils tremblent».
Jacques 2: 19

Il est certain que Marie n'a été pour rien dans l'instauration du culte de la Vierge dans l’Église. Marie s'est toujours considérée comme la servante du Seigneur. Lorsqu'on la consulte, elle renvoie à son fils en disant: «Faites tout ce qu'il vous dira». Elle a démontré une foi entière dans la parole qui lui avait été adressée concernant le fait qu'elle allait mettre au monde un sauveur pour Israël. Mais malgré les difficultés qui ont entouré cette naissance virginale, et les dangers au cours des premières années de Jésus à cause des tentatives de Satan de le supprimer, elle n'a compris que tardivement comment Dieu allait révéler ce sauveur au monde, comme d'ailleurs la plupart des disciples qui jusqu'au dernier moment, s'attendaient à autre chose. Ce retournement de situation inattendu faisait partie du plan de Dieu. Comme c'est souvent le cas avec lui, Dieu met nos certitudes en porte à faux pour mieux prendre ses ennemis en défaut et les vaincre. Mais le fait qu'elle n'ait pas été prophète n'enlève rien au fait que Marie se soit comportée comme une digne fille d'Abraham. Alors pourquoi demanderait-elle, des siècles après qu'elle soit entrée dans la présence éternelle de son fils, qu'on lui dédie l'église catholique et qu'on la vénère dans le monde entier? Il n'est pas nécessaire d'être très perspicace car même un dilettante en matière de religion peut le comprendre. En lisant la Bible, on comprend, par certains recoupements, à qui sont imputables les apparitions de la Vierge de Lourdes et toutes les autres apparitions. Marie a tout simplement subi une usurpation d'identité.

Marie est innocente, alors pourquoi cette épée devrait-elle lui transpercer l'âme? Il pourrait s'agir de ce que la Bible appelle, les iniquités des pères. Marie représente notre nature humaine, donnant naissance, chacun pour sa part, à un être divin par la transmission du Saint-Esprit – nous devenons réellement de nouvelles créatures, nous dit la Bible, lorsque nous sommes nés de nouveau. Mais pour que ce nouvel être venu du Ciel puisse grandir, il faut que celui qui est terrestre meure en quelque sorte. Marie était humaine comme nous tous. Elle avait hérité d'une mentalité. Elle pourrait même avoir été influencée de son vivant, par certains travers religieux qui avaient cours chez les Juifs. Son fils ne lui accorde qu'une confiance limitée. Il doit parfois la modérer. Dans Marc 3 et Matthieu 12, Marie pense que Jésus a perdu la raison. Son esprit est tourmenté, et elle presse ses autres fils, les demi-frères de Jésus, d'aller l'enlever pour le ramener de force à la maison. Satan sait que Jésus aime les siens, alors il cherche à travers sa famille à l'influencer et à le dissuader de risquer sa vie et leur réputation en menant à terme sa mission. Sa famille subissait sans doute de fortes pressions de la part des responsables de la communauté.

Si Jésus est d'origine divine, Marie reste pleinement humaine. La prophétie dit à son sujet : «Une épée te transpercera l'âme, afin que les pensées de beaucoup soient révélées». De quoi s'agit-il? Il y a sans doute d'autres façons de le comprendre, mais j'imagine que de nombreuses femmes juives avaient gardé, comme une coutume, une forme de vénération interdite que l'on décrit parfois comme «pleurer Tammuz», ou «offrir des libations à la Reine du Ciel», une vénération que les prophètes de l'Ancien Testament dénoncent régulièrement lorsqu'ils voient ces représentations s'afficher à tous les coins de rues et sur les collines. Ces descriptions ne vous suggèrent-t-elles rien? Je ne dis pas que Marie se soit adonnée à ces rituels, et je ne le pense pas. Mais Marie est une enfant de son peuple et elle porte en elle certaines choses de manière inconscientes, ce que la Bible appelle, les malédictions intergénérationnelles. Nous savons par exemple que Rachel avait volé les théraphims de la maison de son père et qu'elle emporta ces idoles dans leur odyssée familiale. Salomon avait épousé des femmes étrangères qui réintroduisirent le culte de leurs déesses mères en Israël. C'est une croyance endémique qui remonte au jardin d'Eden, et plus particulièrement au mythe de la première épouse d'Adam – Lucifer par opposition à Christ. Je connais des femmes qui ne sont pas catholiques, qui ne vont pas à l'église, mais qui ont une vierge ou peut-être une Vénus sur une étagère de leur maison, et qui n'hésiteront pas à allumer une bougie ou un cierge pour invoquer les bonnes grâces de cette divinité si l'occasion se présente. Il s’agit d’une coutume issue du paganisme, et qui affecte notre compréhension de qui est Dieu depuis des générations. Je ne cesse de m'émerveiller de l'imagination graphique des concepteurs d'images. En ce moment je vois défiler dans mes contacts Whatsapp des troupeaux de lapins et de petits chats, des vols de cloches répandant des oeufs peints, des coeurs de toutes espèces avec des madones attendrissantes et même des Jésus. Jésus lisse et souriant, pas le Jésus déchiré et ensanglanté de la réalité de Pâque. Je ne comprends pas comment les gens peuvent être encouragés par ces choses insipides qui ne portent aucune vérité en elles. L'imagerie est une chose – supposons qu'elle soit un moyen de transmettre des sentiments bienveillants – mais la coutume est loin d'être anodine puisqu'elle nous amène à vénérer le serpent.

Jésus sait très bien de quoi il s'agit et il en parle sévèrement dans sa lettre à l’Église de Thyatire. Dans Apocalypse 2, il avertit l'église que si elle ne se détourne pas de cette fréquentation qu'il qualifie d'adultère, il va devoir faire «mourir de mort» ses enfants. Pourquoi une telle dureté? Parce qu'il faut que l'église prenne conscience que cette pratique fait entrer Satan, qui est le rival du Christ, dans l’Église et dans les familles ! Et Jésus se doit d'en faire un exemple pour les autres églises, nous est-il dit plus loin dans le texte. Pourtant, en donnant sa vie pour ses amis, Jésus a fait preuve du plus grand amour qu'un être puisse exprimer. En retour, il exige que nous soyons vrais. Dieu nous aime d'un amour sans partage, c'est pourquoi il est aussi en droit d'attendre que nous l'aimions de tout notre être.

«Tu n'auras point d'autres dieux devant ma face. Tu ne te feras point d'image taillée, de représentation quelconque des choses qui sont en haut dans les cieux, qui sont en bas sur la terre, et qui sont dans les eaux plus bas que la terre. Tu ne te prosterneras point devant elles, et tu ne les serviras point; car moi, l'Eternel, ton Dieu, je suis un Dieu jaloux, qui punis l'iniquité des pères sur les enfants jusqu'à la troisième et à la quatrième génération de ceux qui me haïssent, et qui fais miséricorde jusqu'en mille générations à ceux qui m'aiment et qui gardent mes commandements». Deutéronome 5: 7-10.

 

Jésus a acquis notre guérison. Mais sommes-nous prêts à faire trois pas dans sa direction pour la recevoir?

De fait, l’Église catholique s’est laissée dépouiller de son identité chrétienne. Elle a réintroduit le sacerdoce exclusif des prêtres, alors qu'en réalité chaque croyant devient prêtre au travers de l'œuvre de Jésus. Elle a perdu par exemple, ses prérogatives en matière de guérison divine. Ce qui était l'héritage inaliénable de chaque chrétien vivant dans la lumière, est désormais attendu d'une obscure divinité resurgie de l'antiquité et abritée dans une grotte, une statue à laquelle on récite indéfiniment les mêmes paroles, ce qui est contraire à la foi chrétienne. Jésus dit: «En priant, ne multipliez pas de vaines paroles, comme les païens, qui s'imaginent qu'à force de paroles ils seront exaucés». Même le salut des âmes est désormais attribué à la prétendue Reine du Ciel. Cette croyance donne lieu à des situations qui sont intolérables. Vous avez en face de vous une personne normalement constituée, intelligente et cultivée, une maîtresse de maison capable, épouse et mère appréciée, une femme d'affaires convaincante et efficace. Mais lorsqu'il s'agit de faire la démonstration de sa foi, elle se comporte comme une parfaite idiote. Et cela parce que la religion lui a mis dans la tête depuis qu'elle est toute petite, des idées fantasques sur Dieu et une compréhension romantique de ce qu'est la foi. Privée de l'autorité du croyant, elle ne sait pas faire face aux problèmes spirituels et se retrouve complètement désemparée le jour où elle tombe malade, une maladie qui se dissimule sous toutes les formes possibles et qu'aucun des nombreux médecins consultés ne sait traiter. À partir d’un certain âge, cette personne éprouve un état d’anxiété chronique et pathologique. Toutes ses certitudes s’effondrent. Le piège de Satan s'est définitivement refermé sur la personne que vous aimez, et les messes, l'eau bénite et les pèlerinages ne feront qu’aggraver sa dépendance au bon vouloir illusoire d'anges au demeurant réprouvés par Dieu. Ses amis et ses coreligionnaires ne lui seront d'aucune aide et ne pourront que la convaincre de supporter avec dignité et résignation cette condition qui est aussi la leur. C'est la condition de ceux qui ont abandonné le Dieu vivant. Ils ne savent tout simplement pas que Jésus a pris sur lui toutes nos souffrances et nos maladies lors du supplice et de la crucifixion. Car Dieu nous a effectivement délivrés et guéris ce jour là, il y a deux mille ans. Désormais en sécurité dans la main de Dieu, il ne nous reste plus qu'à ravir notre guérison des mains de Satan, par la foi. Car nos mérites à eux seuls ne nous seront d'aucune utilité. Si nous avons pardonné aux autres leurs offenses et si nous nous plaçons sous la main toute puissante du Seigneur en renonçant à pécher, les esprits de maladie ne pourrons pas nous résister. Et Dieu qui nous pardonne nos offenses rendra aussi notre guérison effective. Mais c’est à nous d’apprendre à demander et à recevoir, en sachant que tout ce qui est selon la volonté de Dieu – et que nous prospérions est la volonté de Dieu –, nous est accordé. Le Saint-Esprit intercède constamment pour nous, mais nous n’aurons pas toujours un intercesseur humain à disposition pour le faire pour nous. Ceux qui ne demandent pas ou demandent au mauvais endroit, ou qui doutent, ne reçoivent rien du Seigneur, dit l'apôtre Jacques.

«Vous ne vous ferez point d'idoles, vous ne vous élèverez ni image taillée ni statue, et vous ne placerez dans votre pays aucune pierre ornée de figures, pour vous prosterner devant elle; car je suis l'Éternel, votre Dieu». Lévitique 26.

Vous voudriez délivrer ces personnes et leur faire considérer Dieu autrement, pour qu'elle comprennent où est l'erreur et qu'elles ne soient plus amère contre ce Dieu Père qui leur résiste, et forcées d'aller trouver leur consolation ailleurs. Si elles acceptaient seulement leur erreur, elles pourraient se repentir en donnant ainsi une chance à leurs enfants d'être délivrés à leur tour des malédictions intergénérationnelles. Mais la religion a construit dans leur esprit de véritables forteresses : les murs de la suffisance, ceux de la supériorité de la tradition, une fierté communautaire mal placée et la peur de trahir et de décevoir, d'être jugées, rejetées par leurs familles et leur communauté, comme elles l'ont fait parfois pour d'autres. Me croiriez-vous si je vous disais que certains chrétiens sont comme certains musulmans qui préfèrent voir leurs enfants et leurs proches mourir sans Dieu et aller en enfer, plutôt que de les voir trouver Dieu et naître de nouveau dans un autre milieu confessionnel ?

«Comme de grandes foules accompagnaient Jésus, il se retourna vers ceux qui le suivaient et leur dit : Si quelqu’un vient à moi et n’est pas prêt à renoncer à son père, sa mère, sa femme, ses enfants, ses frères, ses sœurs, et même à sa propre vie, il ne peut être mon disciple. Celui qui ne porte pas sa croix, et qui ne me suit pas, ne peut être mon disciple». Luc 14: 25-27.

«Car le coeur de ce peuple est devenu insensible; Ils ont endurci leurs oreilles, et ils ont fermé leurs yeux, De peur qu'ils ne voient de leurs yeux, qu'ils n'entendent de leurs oreilles, Qu'ils ne comprennent de leur coeur, Qu'ils ne se convertissent, et que je ne les guérisse». Actes 28: 27.

 

La connaissance de Dieu rend humble. Mais cultiver l'humilité revient à cultiver l'hypocrisie.

Ce complexe de supériorité qui naît de notre ignorance nous empêche d’avoir une perception détachée et objective du contexte politique mondial et, par exemple, d’avoir des positions équitables face au problème palestinien. Si notre spiritualité se situe au niveau de l'âme, nous jugerons, non pas sur la base d'un contexte historique et de faits avérés, et encore moins selon ce qu'affirme la Parole de Dieu, mais nous nous laisserons émouvoir par ces machinations médiatiques qui sont largement relayée par les milieux journalistiques qui font leur beurre de l'émotionnel et du sensationnalisme. L'âme humaine est beaucoup trop facilement manipulable. Même s'ils ne s'en rendent peut-être pas compte, ces gens sont captifs de l'esprit du monde qui s'oppose au règne de Dieu sur terre et à son plan de rédemption, un esprit fondamentalement antisémite et antichrétien. Ils attirent ainsi sur eux des malédictions supplémentaires destinées aux ennemis de Dieu. C’est une situation très triste dans laquelle même un chrétien peut se trouver. Et c’est essentiellement ce que Paul explique à Timothée ci-dessus, lorsqu’il dit : «Apprenant toujours, mais ne parvenant jamais à la connaissance de la vérité.» On ne peut donc qu’assister, impuissant, à leur descente aux enfers. Ne me demandez pas comment je sais...

Mais si vous ne m'écoutez point et ne mettez point en pratique tous ces commandements, …Je rendrai pusillanime le coeur de ceux d'entre vous qui survivront, dans les pays de leurs ennemis; le bruit d'une feuille agitée les poursuivra; ils fuiront comme on fuit devant l'épée, et ils tomberont sans qu'on les poursuive.

Ceux d'entre vous qui survivront seront frappés de langueur pour leurs iniquités, dans les pays de leurs ennemis; ils seront aussi frappés de langueur pour les iniquités de leurs pères. Lévitique 26.

 

Connaissez-vous vraiment Jésus?

C'est pourquoi, Dieu est intransigeant en ce qui concerne l’idolâtrie. Et chaque fois que le peuple Juif est accablé, sans force, malade, poursuivi ou spolié de ses récoltes par des ennemis, les prophètes exigent d'eux qu'ils brisent et se débarrassent des signes de cette vénération, et qu'ils reviennent à Dieu de tout leur coeur, afin qu'il les guérisse. Si ceci vous donne des idées, n'allez toutefois pas détruire des objets qui ne vous appartiendraient pas. Jésus croise une de ces femmes bigotes à un moment donné, le récit se trouve dans l’Évangile de Luc, au chapitre 11. Cet événement survient au moment où Jésus donne un enseignement sur les démons. Il arrive que des démons se manifestent lorsqu'on parle d'eux, et la chose ne manque pas de se produire. Il s'agit ici de l'esprit de la vénération de cette entité aux origines babyloniennes que l'on représente portant son fils, le soleil invaincu.

«Lorsque l'esprit impur est sorti d'un homme, il va dans des lieux arides, pour chercher du repos. N'en trouvant point, il dit: Je retournerai dans ma maison d'où je suis sorti; et, quand il arrive, il la trouve balayée et ornée. Alors il s'en va, et il prend sept autres esprits plus méchants que lui; ils entrent dans la maison, s'y établissent, et la dernière condition de cet homme est pire que la première. Tandis que Jésus parlait ainsi, une femme, élevant la voix du milieu de la foule, lui dit: Heureux le sein qui t'a porté! heureuses les mamelles qui t'ont allaité! Et il répondit: Au contraire, heureux ceux qui écoutent la parole de Dieu, et qui la gardent !»

L'âme et les sentiments – ce que la Bible appelle le coeur de l'homme –, tout cela est trompeur. La parole de Jésus est parfois décrite comme une épée qui sort de sa bouche. Il ne faut pas oublier que Jésus est un guerrier. Il s'est présenté en terre occupée pour nous délivrer des mensonges du diable. Et si l'épée s'agite parfois, c'est dans ce sens et pas pour nous faire du mal. Nous devons permettre à sa parole de nous délivrer de nous-mêmes, car nous sommes nés dans le péché. Marie l'a finalement compris, et elle a participé à la dispensation du Saint-Esprit, le jour de la Pentecôte.

«Et tous, dans vos rapports mutuels, revêtez-vous d'humilité; car Dieu résiste aux orgueilleux, Mais il fait grâce aux humbles. Humiliez-vous donc sous la puissante main de Dieu, afin qu'il vous élève au temps convenable; et déchargez-vous sur lui de tous vos soucis, car lui-même prend soin de vous. Soyez sobres, veillez. Votre adversaire, le diable, rôde comme un lion rugissant, cherchant qui il dévorera. Résistez-lui avec une foi ferme, sachant que les mêmes souffrances sont imposées à vos frères dans le monde. Le Dieu de toute grâce, qui vous a appelés en Jésus Christ à sa gloire éternelle, après que vous aurez souffert un peu de temps, vous perfectionnera lui-même, vous affermira, vous fortifiera, vous rendra inébranlables». 1 Pierre 5: 5-10.

 

Jésus, l’Hébreu.

C'est ainsi que l'on a conféré à plusieurs fêtes et traditions juives, une signification nouvelle, en les détachant de leurs origines et en les rattachant à des traditions babyloniennes, et parfois même, à des rites païens qui avaient cours chez nous, je pense en particulier à la fête des morts. Selon Jésus, Dieu est le Dieu des vivants et les chrétiens ne s'associent pas aux morts. Le Protestantisme calviniste n'est pas au-dessus de tout soupçon, loin s'en faut. Mais si l'on se plonge un tant soit peu dans les entrailles du Catholicisme, et par extension, dans le Christianisme traditionnel, on s'aperçoit que certains éléments sont une offense à l'égard du Christ lui-même. De Constantin à Charlemagne, Rome devient une sorte d'anti-Jérusalem. Le premier millénaire va être marqué par un débat entre les deux pouvoirs qui revendiquent tous deux d’être «constitués par Dieu» : du pape ou de l’empereur, qui est souverain? Oubliant que le chef de l’Église est en réalité le Christ, qui la conduit d'une manière spirituelle, les hommes vont s'attribuer le culte et les croyants. Le mouvement spirituel initié par le Saint Esprit à travers les premiers apôtres, retourne à une religion charnelle et quasi païenne. Le culte de la Reine du Ciel est subrepticement réintroduit dans l'église jusqu'à supplanter celui du Dieu véritable.

Mais est-ce de la méchanceté de révéler les choses que certains voudraient garder cachées ? Dans quelle mesure devrions-nous honorer les croyances des autres, quand nous savons que les gens sont trompés, et que ce qu'ils croient les amène à affronter la colère de celui-là même qu'ils prétendent être leur Dieu ? Jésus a dit que tôt ou tard, tout ce qui est caché sera révélé, et que les secrets les mieux gardés seront criés sur les toits. Il faut savoir qu'au regard de Dieu, ceux qui cautionnent une église ou une organisation, se chargent du sang qui a été versé au cours des siècles par cette église ou par cette organisation. Jésus dit aux Juifs, que ceux qui rebâtissent les tombeaux des prophètes sont comme ceux qui jadis ont tué ces prophètes.

Nous naissons au sein d'une tradition qui nous apporte un certain bagage, en général fait de bons principes, mais qui sont parfois discutables dans leur application. Et c'est à nous de gagner ensuite notre maturité en séparant ce qui est saint de ce qui ne l'est pas, comme Dieu nous le demande dans la Bible. Le Dieu de la Bible n'est pas le Yin et Yang. Il est lumière et il n'y a en lui ni ombre ni variation.

Nous vous y trompez pas, mes frères bien-aimés: toute grâce excellente et tout don parfait descendent d'en haut, du Père des lumières, chez lequel il n'y a ni changement ni ombre de variation. Il nous a engendrés selon sa volonté, par la parole de vérité, afin que nous soyons en quelque sorte les prémices de ses créatures. Jacques 1: 16-18.

Son caractère ne fluctue pas. Mais nos propres ombres viennent se projeter sur notre relation à lui.

Pourquoi ma souffrance est-elle continuelle? Pourquoi ma plaie est-elle douloureuse, et ne veut-elle pas se guérir? Serais-tu pour moi comme une source trompeuse, Comme une eau dont on n'est pas sûr? C'est pourquoi ainsi parle l'Éternel: Si tu te rattaches à moi, je te répondrai, et tu te tiendras devant moi; Si tu sépares ce qui est précieux de ce qui est vil, tu seras comme ma bouche. C'est à eux de revenir à toi, Mais ce n'est pas à toi de retourner vers eux. Je te rendrai pour ce peuple comme une forte muraille d'airain; Ils te feront la guerre, mais ils ne te vaincront pas; Car je serai avec toi pour te sauver et te délivrer, Dit l'Éternel.  Jérémie 15: 18-20.

Pourquoi les prophètes ont-ils servi la vérité avec autant de zèle et de dévouement ? C’est peut-être parce qu’ils ont vu la Vérité personnifiée à un moment donné. Quand vous voyez quelque chose de parfait, vous ne pouvez plus vous contenter de pâles substituts et vivre de compromis.

 

«Heureux celui pour qui je ne serai pas un scandale»

Il n'y a donc rien d'étonnant à ce que le Christianisme soit considéré par de nombreux Juifs comme une offense envers leur identité et envers leur foi. Cependant, Jésus et ses apôtres étaient tous des Juifs pure laine, et je doute qu'il ait eu les yeux bleus et les reflets blonds qu'on lui attribue dans les gravures pieuses sensées le représenter. Mais en réalité, ce n'est pas si important et tout est possible. «C'est l'esprit qui vivifie; la chair ne sert de rien. Les paroles que je vous ai dites sont esprit et vie», dit-il dans Jean 6:63. Jésus a dit ailleurs une autre parole pleine de sagesse: «Rendez donc à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu». Pourquoi vouloir faire des amalgames dans le but de nous approprier ce qui revient à autrui ? Si les Catholiques se considèrent comme les enfants de l’Église et de la Vierge, et les protestants comme les fils de Luther ou de Calvin, de Wesley, Spurgeon ou d'un de nos nouveaux apôtres auto-proclamés, les vrais chrétiens sont simplement les fils de Dieu en ce sens qu'ils sont la postérité spirituelle du Christ par le don du Saint-Esprit, et les héritiers des promesses que Jésus a faites à Abraham.

«Tu n’as même pas cinquante ans et tu prétends avoir vu Abraham! – Vraiment, je vous l’assure, leur répondit Jésus, avant qu’Abraham soit venu à l’existence, je suis. A ces mots, ils se mirent à ramasser des pierres pour les lui jeter, mais Jésus disparut dans la foule et sortit de l’enceinte du Temple».  Jean 8:57-59

Car c'est bien ce Yeshua, dont le nom signifie «Dieu sauve» ou «Dieu délivre», qui jadis a rencontré Abraham sous les chênes de Mamré. Pourtant les hommes ne le reconnaissent pas et veulent le tuer pour son audace. Les hommes ne reconnaissent que ce qui leur appartient.

«Mais vous, ne vous faites pas appeler «Maître», car pour vous, il n’y a qu’un seul Maître, et vous êtes tous frères. Ne donnez pas non plus à quelqu’un, ici-bas, le titre de «Père», car pour vous, il n’y a qu’un seul Père : le Père céleste. Ne vous faites pas non plus appeler chefs, car un seul est votre Chef : Christ».   Matthieu 23: 8-10.

Je ne sais pas si en lisant ces lignes, vous réalisez l'ampleur des conceptions fausses et des idées reçues qui nous sont transmises par la religion. Aucune religion n'est vierge. Le monde reste pour l'instant aux mains d'un ennemi et la religion n'échappe pas à son contrôle. Il serait inutile de vouloir lutter contre des moulins à vent, car à cause du péché, la création toute entière a été soumise à la vanité et nos efforts ne suffiront pas à retourner la situation. Mais il est vital de comprendre que nous portons chacun la responsabilité de notre vie et des choses auxquelles nous adhérons. Lorsque nous serons face au trône de Dieu, pourrons-nous nous justifier en nous retranchant derrière les chefs politiques et religieux que nous aurons suivi, alors que ces derniers seront condamnés? Lors des procès de Nuremberg, les officiers nazis ont-ils pu prétendre qu'en envoyant des innocents au massacre, ils n'avaient fait qu'obéir aux ordres d'Hitler? Nos lois de la guerre prévalent-elles aux yeux de Dieu? Dieu ne reconnait qu'une seule loi de guerre: «Quant à mes ennemis qui n’ont pas voulu que je règne sur eux, amenez-les moi et qu’on les mette à mort devant moi». Ce sont les paroles de Jésus dans Luc 19: 27. Et: «Quiconque ne fut pas trouvé écrit dans le livre de vie fut jeté dans l'étang de feu». Apocalypse 20:15. Mieux vaut donc ne pas avoir à affronter Dieu sur la base de nos lois. Car en réalité, Dieu ne nous a pas laissés sans ressources, et pour survivre dans un monde occupé par l'ennemi, nous avons la possibilité d'aller puiser à sa source, une eau pure, et ce n'est pas le cas dans toutes les parties du monde où il est parfois interdit de posséder une Bible sous peine de mort. Tout ce qui émane du monde n'est qu'une vaste supercherie, et la religion n'est pas seule en cause. Même la façon dont nous réagissons à de tels propos nous est dictée par le monde. C'est pourquoi Paul dans Romains 13, et Jacques, nous demandent de ne pas nous rebeller contre l'autorité ou contre l'ordre et contre la religion, mais de nous soumettre à Dieu en obéissant aux autorités établies, dans la mesure où ce qui nous est demandé ne viole pas la loi de Dieu, afin de résister au diable qui est le destructeur, et pour servir à tous de témoignage afin que Dieu puisse nous élever au temps convenable. Les apôtres avaient pris l'habitude de mettre les prêtres au pied du mur en leur disant: «Jugez-en vous-mêmes: Il faut obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes». Jésus est venu pour nous ouvrir les yeux et les oreilles, et pas pour nous faire aboyer et mordre.

 

L’Évangile ne consiste pas seulement en paroles, mais c'est une démonstration de la Puissance de Dieu.

Lorsque Jean Baptiste fut informé des miracles de Jésus, il envoya vers lui, deux de ses disciples, pour s'informer: «Es-tu celui qui doit venir, ou devons-nous en attendre un autre?». Jésus leur donna cette réponse à lui transmettre, qui, pour Jean, était sans ambiguïté :

«Allez rapporter à Jean ce que vous avez vu et entendu: les aveugles voient, les boiteux marchent, les lépreux sont purifiés, les sourds entendent, les morts ressuscitent, la bonne nouvelle est annoncée aux pauvres. Heureux celui pour qui je ne serai pas une occasion de chute! Luc 7: 22-23.

La meilleure façon de prêcher l’Évangile reste de le démontrer. Les hommes sont sensibles aux démonstrations de puissance, parce que la vraie puissance est ce qui manque dans notre monde et dans notre société. Les gens lisent deux lignes de mes écrits et passent à autre chose. Jean, lui, prêchait dans la puissance d’Élie et les gens étaient convaincus. Jésus n'a pas élevé la voix, mais il accomplissait les miracles de la grâce de Dieu et la foule le suivait. Elle était captive de ses paroles: «Jamais aucun homme n'a parlé comme celui-ci». Mais Jésus lui-même dit: Heureux ceux qui croient sans avoir vu, parce qu'ils ont en eux-mêmes le témoignage de la Vérité. Recevoir le Saint-Esprit, c'est aussi avoir la capacité de comprendre et de juger – une chose indispensable dans ce monde fait de toutes sortes de mélanges. Discerner n'est pas juger selon nos critères, mais c'est entendre la voix de Dieu. Et il faut bien le dire, ce n'est pas une chose qui s'apprend du jour au lendemain. Pierre a entendu Dieu lui dire que Jésus était le Christ, le fils de Dieu. Mais le jour même pour ainsi dire, il a dit avec fierté quelque chose à Jésus, sans même réaliser qu'il l'avait entendue de Satan. Si vous avez été rendu capable d'entendre la voix se Dieu et de reconnaitre les inventions du diable par votre témoignage intérieur, vous êtes heureux dit Jésus. Dans la mesure où vous vous accrocherez à ce témoignage, vous aurez de bonnes chances d’être sauvés de la confusion politique, morale et religieuse sans précédent qui s’abat sur le monde.

«Pour vous, l'onction que vous avez reçue de lui demeure en vous, et vous n'avez pas besoin qu'on vous enseigne; mais comme son onction vous enseigne toutes choses, et qu'elle est véritable et qu'elle n'est point un mensonge, demeurez en lui selon les enseignements qu'elle vous a donnés». 1 Jean 2: 27.

Une Parole faite chair.

Mais, comment recevoir le Saint-Esprit? Là encore il faut préciser les choses, car il y a Saint-Esprit et Esprit-Saint. Il n'y a bien entendu qu'un seul Esprit de Dieu, qui est aussi l'Esprit de Jésus. Jésus a dit: «Nul ne vient à moi si le Père qui m'a envoyé ne l'attire». Comment le Père peut-il nous attirer vers Jésus? Là encore, n'allons pas chercher midi à quatorze heures, il s'agit encore et toujours de la Parole. Le Père est la Parole créatrice, le Fils est la Parole faite chair, et l'Esprit Saint est l'Esprit de la Parole qui nous accompagne.

«Au commencement, Dieu créa les cieux et la terre. La terre était informe et vide: il y avait des ténèbres à la surface de l'abîme, et l'esprit de Dieu se mouvait au-dessus des eaux. Dieu dit: Que la lumière soit! Et la lumière fut».  Genèse 1.

«Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu. Elle était au commencement avec Dieu. Toutes choses ont été faites par elle, et rien de ce qui a été fait n'a été fait sans elle. En elle était la vie, et la vie était la lumière des hommes».  Jean 1: 1-4.

«Mais le consolateur, l'Esprit Saint, que le Père enverra en mon nom, vous enseignera toutes choses, et vous rappellera tout ce que je vous ai dit» . Jean 14: 26.

Dans le monde spirituel, on peut faire toutes sortes de rencontres et croyez-moi, aucune n'est recommandable. Il n'y a que Dieu sur lequel on puisse s'appuyer. Mais comment rencontrer Dieu? En lisant sa Parole, tout simplement ! La Bible, celle dont le contenu est reconnu universellement, c'est le témoignage qui nous a été transmis par le Saint-Esprit, de la puissance rédemptrice des paroles de Jésus. Et Jésus nous dit que ses paroles sont en réalité celles du Père. Préfiguré dans l'Ancien Testament, révélé dans le Nouveau, ce pain redonne véritablement la vie au monde, et il guérit ceux qui sont imprégnés des mensonges du diable. La maladie est un des fruits du mensonge – quelqu'un disait: “le mal a dit”. Car comme nous respirons, marchons et mangeons quotidiennement, la parole qui nous accompagne est vivante et pratique. Elle est notre nourriture spirituelle, notre oxygène, notre protection et nos anticorps, elle est notre pain de ce jour comme le mentionne Jésus dans sa prière. Est-ce que nous comprenons comment notre organisme transforme notre nourriture en force et en vitalité? Pas forcément, pourtant nous mangeons en principe tous les jours. De même, il n'est pas nécessaire que nous comprenions tout ce que nous lisons. L'important c'est de consommer la parole de Dieu sans retenue. Notre être spirituel saura comment la digérer. Je me souviens de l'appétit que j'avais pour la Bible lorsque je l'ai lue pour la première fois, je devais avoir vingt-deux ans. Je n'avais que la Bible catholique de mes parents, dans la belle version de l'abbé Crampon. Pourtant, sans rien savoir à ce sujet, je ne lisais pas les livres dit «apocryphes» qui ont été ajoutés à cette Bible, mais un guide intérieur me conduisait vers ce qui faisait sens. Je relis régulièrement la Bible que ce soit une version classique, ou celle en français courant, et maintenant que mes yeux sont fatigués, je l'écoute aussi quotidiennement. Nous avons maintenant la chance extraordinaire d'avoir à notre portée, grâce à Internet, plus d'enseignements chrétiens que nous ne pourrions en écouter. Et ce qui demandait que l'on suive une école biblique peut s'apprendre depuis chez soi, et dans une extraordinaire variété. Internet ne remplacera jamais la vie communautaire et ses expériences, mais il est indéniable que la connaissance s'est accrue, comme le prophétisait Daniel dans sa prophétie pour «des temps éloignés». Cette parole est réellement vivante et elle permet à notre être spirituel de croître et de s’affirmer. Elle renouvelle notre intelligence et nous donne une autre perceptions des choses. Elle nous guérit physiquement et nous sauve du séjour des morts – le même mot est utilisé dans le texte original, pour ces deux actions qui sont étroitement liées.

«Dans leur détresse, ils crièrent à l'Éternel, Et il les délivra de leurs angoisses; Il envoya sa parole et les guérit, Il les fit échapper de la fosse. Qu'ils louent l'Éternel pour sa bonté, Et pour ses merveilles en faveur des fils de l'homme !   Psaume 107: 19-21.

 

Une espérance Vivante

Pierre nous dit aussi que notre espérance est vivante, puisque l'Esprit qui a ressuscité Jésus d'entre les morts, vit en nous. Ce n'est donc pas une simple religion mais c'est une vie nouvelle. Il dit ensuite que Dieu garde l’héritage en réserve dans le ciel, et qu’il sera révélé à la fin des temps. C'est peut-être ce que les contemporains de Jésus n'ont pas su ou n'ont pas voulu accepter : qu'il y avait une condition préalable à l'avènement du règne de Dieu. Ils auraient voulu voir ce royaume se manifester sur terre, pour ensuite commencer à croire et à se sanctifier. Quelques miracles n’auront pas suffi à les convaincre de cette réalité. Pierre nous révèle que dans sa sagesse, Dieu porte son choix sur ceux qui obéissent à Yeshua sans fixer leurs propres conditions.

«Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus-Christ. Dans sa grande compassion, il nous a fait naître à une vie nouvelle, pour nous donner une espérance vivante par la résurrection de Jésus-Christ. Car il a préparé pour nous un héritage qui ne peut ni se détruire, ni se corrompre, ni perdre sa beauté. Il le tient en réserve pour vous dans les cieux, vous qu’il garde, par sa puissance, au moyen de la foi, en vue du salut qui est prêt à être révélé au moment de la fin. Voilà ce qui fait votre joie, même si, actuellement, il faut que vous soyez attristés pour un peu de temps par diverses épreuves: celles-ci servent à éprouver la valeur de votre foi. Le feu du creuset n’éprouve-t-il pas l’or qui pourtant disparaîtra un jour ? Pourtant, votre foi qui a résisté à l’épreuve a une valeur beaucoup plus précieuse. Elle vous vaudra louange, gloire et honneur, lorsque Jésus-Christ apparaîtra. Jésus, vous ne l’avez pas vu, et pourtant vous l’aimez ; mais en plaçant votre confiance en lui sans le voir encore, vous êtes remplis d’une joie glorieuse et inexprimable, car vous obtenez en retour votre salut qui est le but de votre foi.»  1 Pierre 1: 3-6.

 

L’Évangile de Jésus-Christ prévaudra-t-il ?

Dans le Livre des Actes des Apôtres, confrontés à la pugnacité des Apôtres, les gardiens de la tradition finissent par admettre qu'ils ne sont sûrs de rien. Ce Jésus pourrait être celui que l'on prétend qu'il est, alors laissons-nous une chance qu'il puisse se prouver lui-même à nous.

«Et maintenant, je vous le dis ne vous occupez plus de ces hommes, et laissez-les aller. Si cette entreprise ou cette oeuvre vient des hommes, elle se détruira; mais si elle vient de Dieu, vous ne pourrez la détruire. Ne courez pas le risque d'avoir combattu contre Dieu». Actes 5: 38-39.

 

«Celui qui atteste ces choses dit: Oui, je viens bientôt. Amen! Viens, Seigneur Jésus! Que la grâce du Seigneur Jésus soit avec tous!»   Apocalypse 22: 20-21.

 

 

 

Quelques enseignements de saison.

 


Évangélisation naturelle : prier, prendre soin, partager | J. John

Quand on est ouvert à l’évangélisation, il n’y a pas de hasard. J.John et Killy racontent les histoires étonnantes qui se sont produites tout naturellement lorsqu'ils ont accepté d'aller au devant des autres. (Activer les sous-titres et la traduction)



Il a vu les Evénements des Derniers Temps lorsqu'il a Visité le Ciel - Interview de Randy Kay

Randy Kay se joint à Troy Black pour partager le récit de ce qu'il a vécu en visitant le Ciel après que son coeur se soit arrêté, ainsi que ce que Jésus lui a montré de ce qui attend notre Terre, et la souffrance de Dieu pour notre monde perdu. (Activer les sous-titres et la traduction)



La Guerre de 2024 - Part 1 | Jack Hibbs

La guerre de 2024 est une guerre contre les hommes, une guerre contre les femmes, et contre tout ce qu'il y a entre eux. (Activer les sous-titres et la traduction)

Part 2



Lorsque vous verrez ces choses… | Jack Hibbs

Pasteur, conseiller occasionnel au congrès américan, Jack Hibbs brosse une fresque magistrale des temps actuels.
(Activer les sous-titres et la traduction)

2e Partie



Esprit et puissance d'Élie | Peter Tsukahira

Un Israélien américain d'origine japonaise parle, en relation avec les événements récents et à venir, de la période de la Pâque et de la manière dont l'Évangile devrait être rendu à ceux qui nous l'ont donné en premier lieu. (Activer les sous-titres et la traduction)



Découvrir votre Destinée dans le Royaume de Dieu | Peter Tsukahira

Peter nous rappelle quelques passages des Ecritures qui vont nous faire prendre conscience que nous avons tous une identité personnelle cachée en Christ. (Activer les sous-titres et la traduction)



Comment connaître la Parole de Dieu vous aide à reconnaître sa voix | Lisa Harper et ses amies

Joignez-vous à cette conversation dans laquelle Laurie Crouch, CeCe Winans, Joyce Meyer, Christine Caine et Lisa Harper partagent leurs expériences sur la façon dont nous pouvons entendre la voix de Dieu afin de connaître sa volonté. (Activer les sous-titres et la traduction)



Debra Fileta: Comment affronter nos déclencheurs nous permet de guérir

Oh, mais pourquoi ai-je réagi d'une manière aussi excessive ? …Je ne suis probablement pas le seul dans cette barque, et cet enseignement nous aide à comprendre comment les blessures du passé nous affectent encore, et comment aller de l'avant.  (Activer les sous-titres et la traduction)



Dieu m'a parlé de cette façon de Marie - Prophecie | Troy Black

Qui est le Fils pour toi ?

(Activer les sous-titres et la traduction)

 

Apprenez aux jeunes que leur vie, leur morale et leurs choix leur appartiennent, et vous en ferez une génération désemparée lorsque les problèmes surviennent, prête à se rendre à quiconque leur promettra du pain.

 


 
 
Février 2024
La Sagesse se tient à la croisée des chemins, elle crie dans les rues… (révisé)

En ce mois de février, je ressens à nouveau l'urgence de nous intéresser à quelques questions essentielles. Qui sommes-nous en tant qu'êtres humains — et d'abords, qui suis-je en tant qu'individu et quelles doivent être mes aspirations, et d'une manière plus générale, à quelle destinée sommes-nous invités en tant que peuple humain habitant la Terre? Pouvons-nous nous contenter de nous identifier à ce ragoût infâme qui mitonne dans le chaudron de la culture et de la politique? Devons-nous défendre les valeurs qui sont à la mode en nous nourrissant de l'écume qui monte d'un raz le bol bouillonnant et qui nous est servie par les informations télévisées? Ou devons-nous réagir et éviter la chute dans cette masse d'éléments incohérents, en nous saisissant d'une corde de rappel? L'existence ne tient parfois qu'à un fil. (Cliquez pour lire la suite…)

Lire la suite
 
A qui est-ce que j'appartiens ?

À quelle influence, quel courant de pensée, quel mouvement, quelle religion, quel Dieu, quel diable? Car ne nous leurrons pas: les petits hommes ne s'appartiennent pas. L'idée que nous pourrions être apparus sur terre de manière spontanée est un mirage soufflé par une philosophie de bas étage issue des universités socialistes. Nous ne sommes pas plus auto-déterminés que nous pourrions être auto-suffisants. Nos atomes même proviennent d'une poussière originelle – une poussière d'étoiles – qui nous est prêtée. L'énergie qui agite nos molécules et l'esprit qui anime nos chairs, peuvent nous être retirés à chaque instant.

Et d'abord, qu'est ce qu'une identité? Je pense donc je suis, disait le philosophe. Pensons-nous n'être que la somme de ce que nous croyons nous concernant? Si c'est le cas, veillons bien à ne pas nous endormir car nous risquerions aussitôt de disparaître. Notre conscience remonterait-elle à notre naissance? Ce serait présumer d'une évolution fulgurante. Ou aux origines de la terre? Ce serait la réduire à l'expression d'une vibration aléatoire issue d'un fluide géomagnétique global. Qui suis-je réellement? C'est un casse-tête que ni les scientifiques, ni les penseurs de ce siècle, n'ont réussi à élucider. D'où est-ce que j'existe, d'où me vient ma capacité de penser, de ressentir et d'exprimer, de me raidir ou au contraire de m'extasier? Et qu'est-ce que je dois acquérir au cours de ma vie, que les animaux qui m'entourent n'ont reçu que dans des proportion limitées ?

 

Où se situe la différence fondamentale?

Le livre de la Genèse décrit les origines de la terre et de ce qu'elle renferme. Mais il y a une chose encore plus ancienne que la terre, et cette chose parle, elle s'exprime, elle crie dans nos rues et se tient aux carrefours de nos vies pour nous interpeller. Mais souvent, nous n'y prenons pas garde.

«Je fus enfantée quand il n’y avait point d’abîmes, Point de sources chargées d’eaux; Avant que les montagnes soient affermies, Avant que les collines existent, je fus enfantée. Il (Dieu) n’avait encore fait ni la terre, ni les campagnes, Ni le premier atome de la poussière du monde».

Celle qui s'exprime ainsi dans Proverbes 8, c'est la sagesse. Elle dit au verset 24, avoir été enfantée comme la première des œuvres de Dieu, avant qu'aucun atome du monde n'existât.

«Je jouais sur sa terre dans le monde habité, et trouvais mes délices dans les êtres humains.»

Et là, je dis bravo ! Les hommes aux longues faces sévères, aux regard froid et aux voix graves et inexpressives, n'ont vraisemblablement rien compris. La sagesse est un enfant, la terre est son jardin, et nous, les êtres humains, sommes ses compagnons de jeu ! Je pense en cet instant à la bénédiction prononcée par Jacob sur un de ses fils. “Nephtali est une biche en liberté, il prononce de belles paroles”. Car c'est bien par les paroles virevoltantes d'une biche en liberté que Dieu fait chanceler les pensées des sages et des intelligents. La sagesse de Dieu est vivante, celle du monde véhicule la mort. La pierre qui symbolise Nephtali est le diamant. Le diamant renvoie la lumière d'une manière particulièrement brillante et parfois inattendue. Il est dur parce qu'il est pur. C'est un cristal de carbone à l'état brut. Si vous frottez un objet dur à un diamant, il sera entaillé avant d'avoir pu l'entamer. Lorsque la parole de Dieu habite Nephtali, Dieu va l'utiliser pour convaincre et pour libérer les prisonniers à travers des prières puissantes. Et c'est ce qu'il faut, car le peuple de Dieu est un peuple au cou raide, selon les propres récriminations de Dieu. Ézéchiel n'était pas de cette tribu mais il était un Lévite, de la tribu des prêtres. Dieu a rendu son front aussi dur que le diamant. Cela ne signifiait pas qu'Ézéchiel ait dû s'engager dans une joute verbale avec les opposants, mais lorsqu'il fut confronté à la haine de ceux qui s'opposaient aux paroles qu'il avait prononcées en faveur du Seigneur, il fut capable de tenir bon malgré la persécution, jusqu'à ce que les circonstances viennent lui donner raison.

«Car celui qui me trouve a trouvé la vie, Et il obtient la faveur de l’Éternel. Mais celui qui pèche contre moi nuit à son âme; Tous ceux qui me haïssent aiment la mort.»

Si vous ne savez pas redevenir comme ces petits enfants, vous n'entrerez pas dans le Royaume de Dieu, disait Jésus. Le monde a été créé par Dieu pour notre jouissance, et toutes les choses merveilleuses qu'il contient sont là pour notre jubilation. Mais nous savons que le monde a été détourné au profit d'un autre, et perverti. Pour lui retrouver son originalité, nous devons lire la Bible. La Bible est une description du monde perdu, et la projection d'un monde renouvelé en étant placé sous le souffle créateur de la sagesse divine, qui sera bientôt manifesté. Les enfants de lumière sont avant tout les enfants de cette Parole. La grande originalité de cette parole c'est qu'elle est vivante. Cela ne veut pas dire que ses principes sont caducs ou aléatoires, mais cela signifie que Dieu ne peut pas être mis dans une boîte. Dieu n'est pas cérémonieux. Je repense à cette histoire dans laquelle Elie s'enfuit loin de la Reine Jézabel après qu'il ait mis à mort ses faux prophètes, au cours d'une cérémonie durant laquelle Dieu intervint puissamment, et qui leur fut funeste. Faire appel au jugement divin est une issue terrible car cela nous met dans la position d’être nous-mêmes jugés. Elie fut sans doute marqué dans son esprit par le geste implacable qui le fit exécuter ces hommes. Il se retrouve ensuite complètement déprimé et découragé de tous et de lui-même. Alors, dans la montagne de Horeb, qui est le Mont Sinaï où Dieu avait donné la loi à Moïse, et où Elie pense pouvoir retrouver le lien, Dieu se voit contraint de lui faire subir un reset de l'esprit qui l'habite. Élie subit une sorte de cardioversion spirituelle

L’Éternel dit : Sors, et tiens-toi dans la montagne devant l’Éternel ! Et voici, l’Éternel passa. Et devant l’Éternel, il y eut un vent fort et violent qui déchirait les montagnes et brisait les rochers : l’Éternel n'était pas dans le vent. Et après le vent, ce fut un tremblement de terre : l’Éternel n'était pas dans le tremblement de terre. Et après le tremblement de terre, un feu : l’Éternel n'était pas dans le feu. Et après le feu, le murmure d'un souffle doux et léger. Quand Elie l'entendit, il s'enveloppa le visage de son manteau, il sortit et se tint à l'entrée de la caverne. Et voici, une voix lui fit entendre ces paroles : Que fais-tu ici, Elie? 1 Rois 19: 11.

 

«Car mes pensées ne sont pas vos pensées, et vos chemins ne sont pas mes chemins.

Autant le ciel est élevé au-dessus de la terre, autant mes chemins sont élevés au-dessus de vos chemins, et mes pensées, au-dessus de vos pensées». Esaïe 55:9.

Il faut dire que toutes sortes de soi-disants réveils spirituels prennent place ces jours-ci. Certains sont basés sur la tradition et c'est un retour au légalisme. D’autres, sur des manifestations spirituelles bizarres, d’autres encore sur le fait d'être en feu pour le mouvement auquel on tente de donner de l'essor. Ces mouvements naissent en réaction au péché qui règne dans le monde. Mais au risque d'en heurter quelques-uns, Dieu n’a pas initié ces mouvements dans leur expression. Dieu veut nous faire revivre à travers une relation personnelle avec lui, en toute sagesse et dans sa paix.

Dieu n'est pas toujours comme nous l'imaginons. Le monde subit de nombreuses catastrophes, des guerres, la maladie et la mort. Toutes ces souffrances nous arrivent en raison de notre péché en tant qu'humains. Mais prenons garde à ne pas assimiler le caractère de Dieu à ces événements. De nombreuses personnes tentent de se faire leur propre représentation de Dieu, pour échapper au cliché du Dieu suprême des Romains et des Grecs, ou même au Dieu du Mont Sinaï. On voit ces statuettes et ces concepts New Age s'afficher partout. Mais aucune de ces représentations ne s'approche de ce que Dieu est en réalité. Tu ne te feras pas de représentation, a dit Dieu comme l'un de ses premiers commandements. Les Évangiles nous montrent que les gens qui étaient trop figés dans leur compréhension de Dieu ont été offensés par les paroles et par les actes de Jésus. Pourtant Jésus nous a enseignés à prier: «Notre Père qui es aux cieux, que ton nom soit sanctifié». Le mot grec “Hagiazo” pour sanctifier, signifie nettoyer de l'extérieur, purifier, rendre saint. Jésus place cette exigence en tête de liste de sa prière. La mythologie, les religions et les sectes ont entaché le nom de Dieu de toutes sortes de faux concepts, de préjugés et d'idées reçues. La sagesse dit:

«J'aime ceux qui m'aiment, Et ceux qui me cherchent me trouvent».   Proverbes 8: 17.

«Je me laisserai trouver par vous, dit l’Éternel, et je ramènerai vos captifs».   Jérémie 29:14.

Jésus dit aux hommes qui sont captifs de l'esprit de Satan, qu'ils n'ont pas à avoir peur d'importuner Dieu !

«Et moi, je vous dis : Demandez, et l'on vous donnera; cherchez, et vous trouverez; frappez, et l'on vous ouvrira. Car quiconque demande reçoit, celui qui cherche trouve, et l'on ouvre à celui qui frappe. Quel est parmi vous le père qui donnera une pierre à son fils, s'il lui demande du pain ? Ou, s'il demande un poisson, lui donnera-t-il un serpent au lieu d'un poisson ? Ou, s'il demande un œuf, lui donnera-t-il un scorpion ? Si donc, méchants comme vous l'êtes, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, à combien plus forte raison le Père céleste donnera-t-il le Saint-Esprit à ceux qui le lui demandent».   Luc 11:9-13.

La sagesse est une source inépuisable de bienfaits et de richesses.

«Hommes, c’est à vous que je crie, Et ma voix s’adresse aux fils de l’homme. Stupides, apprenez le discernement; Insensés, apprenez l’intelligence. Ecoutez, car j’ai de grandes choses à dire

«Car la sagesse vaut mieux que les perles, Elle a plus de valeur que tous les objets de prix. Moi, la sagesse, j’ai pour demeure le discernement, Et je possède la science de la réflexion. La crainte de l’Éternel, c’est la haine du mal; L’arrogance et l’orgueil, la voie du mal.»

 

De quelle nature sont les fardeaux que je porte?

Paul dit aux Galates:

«Frères, vous avez été appelés à la liberté. Seulement ne faites pas de cette liberté un prétexte de vivre selon la chair; mais rendez-vous, par la charité, serviteurs les uns des autres.» Galates 5: 13.

«Portez les fardeaux les uns des autres, et vous accomplirez ainsi la loi de Christ.» Galates 6:2.

Etre serviteur est la plus belle des missions et elle est à la portée de tous. Jésus lui même est venu, non pas pour être servi, mais pour servir et pour donner sa vie comme la rançon de beaucoup. Serviteur ne veut pas dire servile. Jésus ne nous a pas engagés dans un assistanat. Il n'a pas fondé une œuvre humanitaire, quand bien même ces choses font parfois partie de notre engagement. En nourrissant les milliers avec quelques pains et poissons, Jésus a simplement démontré qui il était, et il l'a fait pour nous rappeler qui nous sommes, comme un grand frère prendrait soin des petits en leur montrant en quoi consiste la vie et en leur apprenant quelques trucs pour qu'ils puissent à leur tour se débrouiller dans la vie. «Donnez leur vous-mêmes à manger», a dit Jésus à ses disciples. Voulait-il faire d'eux une armée de boulangers, ou qu'ils retournent à leurs filets de pêche? Peut-être pour certains. Mais en les confrontant à l'impossibilité de cette tâche, Jésus voulait surtout leur faire comprendre que leur engagement doit se situer à un autre niveau. En multipliant les ressources, Jésus a démontré à ces foules, qui il était. Malgré cela, la plupart des gens qui le suivaient étaient là simplement parce qu'ils avaient eu à manger. «Vous aurez toujours des pauvres avec vous, mais moi vous ne m'aurez pas toujours», disait-il en aparté à ses disciples. Et si nous n'y veillons pas, le diable va nous submerger de pauvres de toutes sortes. Des gens satisfaits de leur sagesse populaire et religieuse, et qui ne ressentiront aucun attrait pour la sagesse de Dieu. Ils nous maintiendront dans la prison de leur besoins sans cesse à satisfaire. Ces gens qui ne ressentent pas leur état de pauvreté ne voient pas non plus la nécessité de s'arrimer à la corde de rappel. Même en chute libre vers l'enfer, ils sont satisfaits d'eux-mêmes et tout ce qu'ils s'efforcent de faire c'est de ne pas y aller seuls.

Souvenons-nous de ce que Jésus a dit à ce jeune homme qui voulait enterrer son père, avant de le rejoindre pour le suivre :

«Laisse les morts enterrer leurs morts, et toi viens et suis moi.»

Jésus nous enseigne qu'il y a une autre façon de venir en aide aux autres, et c'est en démontrant l'existence de ce qu'il appelle : le Royaume de Dieu. C'est la dimension dans laquelle Dieu règne et où ses ressources inépuisables sont mises à notre entière disposition, afin que nous les partagions. Des choses que la sagesse de Dieu nous communique de manière spontanée et dont nous pourrions bientôt avoir un grand besoin, lorsque le monde subira de plein fouet la crise économique qui s'annonce. Mais la source de toutes ces bonnes choses, c'est Dieu, c'est notre Père ne l'oublions pas. Il nous aime et il souhaite à travers toutes ces expériences extraordinaires, nous réconcilier avec lui et avec sa sagesse à nulle autre pareille.

 

Zara - Le secret de la vie | Jonathan Cahn

Jonathan Cahn partage sur le mystère du royaume de Dieu contenu dans le mot Zara. Mot hébreu signifiant semer, Zara déterminera ce qui entre et sort de votre vie – bénédictions, relations et tout le reste. Il est temps d’apprendre à fonctionner selon l’économie du Royaume.
(Activer les sous-titres et la traduction en français)



Le mystère de frère Dieu ! Et combien Jésus/Yeshua est proche de vous !

Il y a un mystère dans les textes hébreux et grecs qui concerne la façon dont votre relation avec Dieu doit être étroite, intime et profonde. Jonathan Cahn partage quelques faits intrigants sur Jésus et sur sa famille.



Ne soyez pas offensé | John Bevere

L'indignation contre le mal ne justifie pas la colère. L'auteur du best-seller “L'appât de Satan” nous invite à vérifier si dans nos vies il ne subsisterait pas une racine d'amertume qui empoisonnerait notre existence et nos relations à travers chaque offense. Allant plus loin, il nous invite à apprendre à vivre sans être offensé. Un message des plus importants, selon Matthieu 6:12. (Activer les sous-titres et la traduction en français)



Comment être en colère et ne pas pécher — Lisa Bevere

À notre époque et dans notre culture, nous sommes soumis à de fortes pressions, et la colère peut facilement se justifier. Nous regardons des films où la violence et la vengeance sont de mise, nous jouons à des jeux vidéo. Les parents ont des crises de colère contre leurs enfants et les enfants exaspèrent leurs parents. Mais nous savons au fond de nous que c’est mal et que cela peut nous faire dire des choses ou commettre des actes très regrettables. Lisa Bevere partage ouvertement la lutte qu'elle a elle-même mené contre la colère, même en tant que mère et épouse de pasteur, et comment elle a finalement brisé le schéma qui se transmettait à travers sa lignée sicilienne. (Activer les sous-titres et la traduction en français)



Démystifier le parler en langues | John Bevere

Les gens se posent beaucoup de questions sur le parler en langues, et la plupart d’entre elles trouvent leur réponse dans une simple explication. Grâce à ce merveilleux don de l’Esprit de Dieu, nous connaîtrons un contact direct avec Dieu et recevrons de Lui des instructions spécifiques. (Activer les sous-titres et la traduction en français)



Vous avez quelque-chose - Stephanie Ike Okafor

Nous avons une chose précieuse pour changer le monde. Sommes-nous motivés par la peur ou sommes-nous pressés par l’amour ? Stephanie Ike Okafor nous invite à évaluer la valeur que nous attribuons à l'amitié de l'Esprit de Jésus.
(Activer les sous-titres et la traduction en français)



S'attendre à Dieu - Stephanie Ike Okafor

Quand l’attente est-elle normale et acceptable, quand est-ce la foi, et quand l'attente est-elle salutaire? Tout en Dieu arrive à un temps fixé.
(Activer les sous-titres et la traduction en français)

 

 


 

 

Janvier 2024
Succès ou Amour – Acquérir une bonne perspective.

Dans un forum de discussion auquel je participe régulièrement, un photographe a récemment abordé ce sujet : «L'Art par rapport à la Perfection – une réflexion philosophique». Le photographe – un véritable artiste doublé d'un grand technicien, qui a exploré plusieurs domaines au cours de sa carrière, des domaines comme la musique, la photographie de personnes, et celle de produits pour leur promotion, un type formidable, est arrivé à la conclusion que si on n'y prend pas garde, on tombe facilement dans le piège du culte des techniques raffinées et des outils évolués, qui peut conduire à des produits finaux qui sont parfaits sur un plan technique, mais qui trop souvent sont dénués d'émotion et d'âme. Il se souvient avec une certaine nostalgie des enregistrements faits avec les moyens du bord et de quelques photos un peu floues de ses débuts, mais qui lui semblent avoir retenu tout leur caractère. En réfléchissant à cela, j'ai trouvé le sujet de ma divagation de ce mois et je vais tenter de mettre des mots sur ce malaise qui me touche moi le premier, lorsque je cède au chant des sirènes et à la tentation à mon niveau, de vouloir attribuer le succès aux capteurs haute résolution et aux objectifs ultra-performants. (Cliquez pour lire la suite…)

Lire la suite

À la plupart des défis de la vie, nous pouvons trouver des solutions dans une perspective immédiate, et c'est ce que nous faisons la plupart du temps. Ou nous pouvons effectuer un zoom arrière. Et plus on prend du recul, plus on se détache de la réalité, plus aussi on gagne en clarté sur les enjeux. “Il faut agir en homme de pensée et penser en homme d'action”, écrivait un homme du nom de Henri Bergson. “Pour un être conscient, exister consiste à changer, changer à se mûrir, se mûrir à se créer indéfiniment soi-même” disait ce même auteur. Notre devoir est donc de zoomer et de dézoomer constamment afin de répondre efficacement aux défis pratiques, mais avec une perspective appropriée – un processus évolutif dans lequel nous grandissons à mesure que notre compréhension s'améliore. Comment s'élabore cette pensée reste à définir. Nous sommes tous influencés dans une certaine mesure par le mimétisme. Par exemple, l'enfant qui joue avec son camion dans le bac à sable, est très sérieux dans ce qu'il fait. Il ne faudrait pas lui répéter que lorsqu'il joue, il perd son temps. Pareil pour la petite fille qui joue avec ses poupées. En jouant, les enfants posent les bases sur lesquelles leur vie pratique et relationnelle peut s'appuyer. Nos existences reposent bien plus sur notre capacité imaginative que sur notre éducation. L'imagination se développe en jouant, en dessinant, en lisant, en parlant et en écoutant les autres, par l'éducation, par la musique, en regardant des films et bien sûr en prenant des photos, en errant, en méditant, en rêvant, en vénérant, et en fait au travers de tout ce que nous faisons. C'est aussi pourquoi nous devons être sélectifs et rassembler les bons matériaux, afin de construire la maison que nous voulons, dans un lieu approprié.

Mais pourquoi cherche-t-on toujours à atteindre la perfection en achetant de meilleurs outils, en acquérant une meilleure technique, en se comparant aux autres, pour finalement ne jamais être satisfaits? Sommes-nous simplement en train de nous leurrer avec nos créations? Pourquoi notre quête de la beauté dérive-t-elle constamment vers les moyens d’y parvenir? Pourquoi admirons-nous l’image qui résulte et non la personne qui a servi de modèle, la création et non le Créateur qui se tient derrière elle? Nous avons probablement besoin d'inspirer l’imagination pour expirer la créativité. Parfois, de nouveaux outils arrivent à point pour nous aider dans ce sens. Mais nous devrions trouver cette créativité dans la source de notre vie. Il y avait un roi nommé Salomon. Il a rassemblé quelques phrases significatives. Dans le Livre des Proverbes, chapitre 25, nous pouvons lire :

«La gloire de Dieu, c'est de cacher les choses. La gloire des rois, c'est de sonder les choses. Les cieux dans leur hauteur, la terre dans sa profondeur, et le coeur des rois, sont impénétrables.»

Je crois que cette phrase contient l'essence de toute science. L'art est une forme de science, et si la science consiste à découvrir les lois universelles qui régissent le désordre, alors l'art peut être interprété comme une tentative de domination individuelle sur le chaos, au travers de quelques lignes tracées d'une manière agréable. “La plus haute ambition de l'art est de nous révéler la nature” disait ce même Henri Bergson cité plus haut. De nous révéler notre nature, ajouterais-je, et de nous aider à la transformer.

Je dois en parler avec l'humilité d'un homme sans instruction, et je suis aussi ce gamin qui joue dans le bac à sable de sa foi en Dieu. Il y a des lois que nous connaissons et il y a d’autres règles que nous ne connaissons pas encore. Nous savons par exemple que si nous nous aventurions à marcher sur la surface de l'étang, nous pourrions bientôt rencontrer le poisson-chat. Mais les limites sont là pour être remises en question et les frontières pour être franchies. Nous devenons rois, ou maîtres si vous préférez, lorsque nous sortons de notre zone de confort et nous donnons la possibilité de découvrir puis d'appliquer un nouvel ensemble de règles, des règles préexistantes mais sous une forme cachée. C'est ce qu'ont fait les découvreurs. Y a-t-il une fin à la découverte ? Peut-être, peut-être pas. Malgré tous les progrès de la science, l’univers reste un endroit mystérieux et de nouvelles lois de la physique encore inconnues sont régulièrement impliquées même si elles ne sont pas encore comprises.

Sans être une personne religieuse pour autant, je suis comme tous les humains, un adorateur. J’essaie d’être aussi imaginatif que la beauté de cette planète m’invite à l’être, tout en prenant soin de ne pas glisser vers le sibyllin, – vers le côté obscur de la force comme le dit George Lucas. C’est ainsi que, dans ma quête du loup blanc insaisissable, je suis tombé il y a de nombreuses années sur ce livre appelé la Bible. Loin d’être simplement ce que la plupart d’entre nous comprennent comme un livre religieux ou un recueil de fables, cette somme d’écrits ouvre l’esprit et offre des indices très intéressants sur l’existence d’ensembles cachés de règles, ou de régisseurs qui contrôlent notre réalité immédiate. Les écrits peuvent être perçus comme religieux au premier abord, mais leur objectif est de nous libérer de la simple religion pour nous amener dans une autre conception de la vie, en nous invitant à adorer et à être en communion avec la source de la vérité et de la beauté. C'est ce que le Fils de l'Homme a fait tout au long de sa vie. Il était irréligieux et était détesté par les gardiens de la tradition pour cela, mais il avait en lui la vie. Tout le monde a en soi une part de vérité, mais LA Vérité est en réalité une personne, c'est le maître d'œuvre, et la Bible nous révèle son plan.

Sans prendre de recul lorsque notre nez est planté dans la boue, tout ce que nous pouvons imaginer de ces règles inconnues, c'est qu'il s'agit d'interventions spéciales de Dieu et nous les appelons, les miracles. Ensuite, une religion s'approprie ces miracles afin de rendre l'esprit des gens captif de la religion elle-même. Mais ce n'est pas mon propos.

Nous pouvons progresser et grandir dans la connaissance, comme le suggère Salomon, en tâtonnant dans le monde de nos sens et à travers nos connaissances, et c'est ainsi que la science progresse. Ou bien nous pouvons faire la connaissance du maître d'oeuvre et ainsi accéder directement à ses plans, mais sans toujours connaître les «comment». Il y avait cet homme qui nous a présenté au maître d’œuvre. Il nous a appris que la réalité que nous voyons n’est pas celle que nous pensons. Connaître Dieu, ce n’est pas cocher les cases d’une religion. Nous pensons que la réalité est immuable, et elle l’est dans une certaine mesure sinon toute forme de vie organisée serait impossible. Mais en même temps, il est complètement modifiable. Je ne suis pas physicien et mon cerveau est trop petit pour comprendre quelle est leur approche de cette question, mais nous savons depuis l'école que la matière dure, même le métal et la pierre, notre appareil photo, son objectif, sont constitués de particules en mouvement. Nous appelons électronégativité, magnétisme ou gravité ce qui lie la matière. Mais ce qui contrôle finalement cette force, nous ne savons pas. Nous savons ce qui se passe lorsque nous libérons l’énergie des atomes, mais ce qui empêche l’Univers tout entier d’exploser reste un mystère. La Bible l’explique d’une manière qui peut être comprise même par des personnes sans instruction comme moi. Elle dit que le monde et tout ce qu’il contient est formé à partir de la parole de Dieu. Quand Dieu dit une chose, la matière obéit et se lie d'une certaine manière. Il est donc évident que les mots ont du pouvoir, du moins certains d’entre eux.

Nous savons également que nous, les humains, avons le même pouvoir de parole et volonté créative, dans une mesure contenue, heureusement. «La vie et la mort sont au pouvoir de la langue, et celui qui l'exerce en mangera le fruit», dit un autre proverbe de Salomon. «Rien n'est impossible à celui qui croit» dit le Maître. «Si tu as un soupçon de foi, tu diras à cette montagne : écarte-toi et jette-toi à la mer, et elle obéira». Nous sommes-nous déjà demandé ce qui est advenu de cette étoile qui conduisait les mages et qui était sur le point de tomber sur une étable à Bethléem il y a deux mille ans? J'ai ma petite idée à ce sujet. C’est quelque chose dont nous devrions peut-être nous souvenir si une grosse météorite menace un jour la Terre, puisque Bruce Willis pourrait alors être à la retraite depuis longtemps. Mais l’essentiel, c'est que cela devrait nous faire comprendre qu’une partie du mal que nous récoltons ou voyons se produire dans notre vie personnelle ainsi que dans le monde, vient des mots. Des paroles de malédiction négligentes prononcées par d'autres, mais aussi des paroles trop souvent autodestructrices. En ignorant les principes élémentaires de la création, nous permettons aux plans du diable de fonctionner bien trop facilement. Quand on dit : «Ma maladie», «Je vais mourir», «Mon père était comme ça et c'est dans ma génétique», «Ma mère a eu son cancer du sein et je vais l'avoir», «Ma-ma !» Mais une fois notre esprit renouvelé, nous comprenons que le bien vient de la même manière, à travers les paroles, et c'est ainsi que beaucoup de gens se protègent du mal, se guérissent et prospèrent, simplement en déclarant les choses qu'ils veulent voir se produire selon les bonnes promesses de la volonté de Dieu. Mais certains savent bien sûr utiliser ces lois pour prospérer sur le dos des autres ou pour dominer. C'est pourquoi il est si important de renoncer à nous-mêmes si nous voulons accéder à ce pouvoir pour le bien, sinon il peut devenir la racine de tout mal.

Alors, quel pourrait être l’avenir de la photographie, vu sous cet angle? Quelqu’un a dit qu’une photographie est une œuvre de l’esprit. Ce n'est certainement pas vrai pour toutes les photographies, mais cela devient vrai lorsque quelqu'un compose et perfectionne une image qui correspond harmonieusement à sa perception intérieure. Pour l’instant, nous avons besoin de pinceaux, d’appareils photo, de programmes ou de substituts électroniques, pour transmettre les perceptions de notre être intérieur. Mais peut-être existe-t-il d’autres moyens que nous ne connaissons pas encore? Comme lorsque nous décrivons une scène avec des mots, peut-être pourrons-nous un jour transmettre les visions que nous avons à l’intérieur de nous et les montrer aux autres de manière spirituelle? Science-fiction? Non, simple réalité humaine céleste. Un homme a fait cela avec certains de ses proches disciples. Et nous pouvons tous avoir un aperçu d’autres réalités à travers nos rêves nocturnes. Si vous écoutez les personnes qui ont eu une EMI, une expérience de mort imminente, beaucoup témoignent que lorsque le rideau s'est ouvert, elles ont été frappées par la beauté, les couleurs, les sons, la beauté des gens – même l'herbe était extraordinairement belle.

Aujourd’hui, une grande partie de ce qui nous appartient nous est encore refusée parce que nous sommes immatures dans notre identité et dans nos comportements. Y accéder détruirait définitivement l’humanité à moins qu’elle ne soit d’abord renouvelée. La Bible nous dit que le monde entier a dû être redémarré en mode sans échec à un moment donné de l'histoire, et de nombreuses extensions ont été désactivées, des extensions comme le langage et la compréhension universels, la vie éternelle. On se demande parfois pourquoi certains d'entre nous trouvent un moyen d'évasion dans les jeux vidéo, les films, l'IA et la réalité augmentée, l'image et la créativité, la religion, l'ésotérisme et le contact avec l'occulte. Ces substituts sont conçus pour combler l'absence de quelque chose qui nous manque. Mais quand le monde aura connu le grand bouleversement et que son gouvernement aura été remis entre les mains du Messie, le monde pourra alors être redémarré sur la vérité de la Parole de Dieu, et tout redeviendra disponible dans ses vraies couleurs. Pendant mille ans, la Bible dit que la terre sera remplie de la connaissance du Seigneur comme les eaux recouvrent la mer. Un nouveau déluge arrive sur la terre, non pas d’eau cette fois mais de la gloire de la connaissance de Dieu, et il détruira tout mal. Notre imagination renouvelée jouera un grand rôle dans nos réalisations quotidiennes. Nous n’aurons plus à travailler sur des substituts et à la sueur de notre front, mais l’authentique apparaîtra au fur et à mesure que nous parlerons. A quoi cela ressemblera-t-il? La Bible dit qu’aucun homme dans son état actuel n’est capable de le concevoir. Mais je crois que tout ce que nous pourrons imaginer pour le bien, sera alors nôtre. Notre vision se limite actuellement au côté trame du tissage. Ce que nous pleurons ou regrettons, ce ne sont pas les outils qui nous ont accompagnés et dont nous sommes obligés de nous séparer faute de place, ce ne sont pas les gens qui sont passés de l'autre côté. Mais c'est la disparition de nos souvenirs. Le passage du temps qui, comme les vagues, efface nos empreintes sur le sable. Mais rappelons-nous ce que Jésus a dit : «Celui qui croit en moi ne mourra pas, mais il vivra éternellement.» «Et pas un seul cheveu de votre tête ne se perdra». Cela me réconforte, et pas seulement pour mes cheveux mais pour tout ce que le monde a perdu ! Le corps s’efface pour laisser place à un nouveau corps, et le temps est un destin qui n’affecte que notre réalité présente. Autrefois, on écrivait sur des rouleaux. Le temps devient linéaire lorsque la feuille de papier est découpée et posée à plat. Mais lorsqu'on la roule, ses extrémités se rejoignent. C'est pourquoi Dieu peut dire : «Je suis». Rien de ce qui est précieux n’est perdu, et lorsque Dieu dévoilera la fresque grandiose de ses vues pour l’humanité, alors nous verrons la réponse à toutes nos douleurs et la récompense de tous nos efforts.

 

«Voyez combien le Père nous a aimés pour que nous puissions être appelés enfants de Dieu, et nous le sommes ! Voici pourquoi le monde ne reconnaît pas qui nous sommes : c'est qu'il n'a pas connu le Christ. Mes chers amis, dès à présent nous sommes enfants de Dieu et ce que nous serons un jour n'a pas encore été rendu manifeste. Nous savons que lorsque le Christ paraîtra, nous serons semblables à lui, car nous le verrons tel qu'il est. Tous ceux qui fondent sur le Christ une telle espérance se rendent eux-mêmes purs, tout comme le Christ est pur» . 1 Jean 3: 1-3.

 

Car Dieu, qui a dit: La lumière brillera du sein des ténèbres! a fait briller la lumière dans nos coeurs pour faire resplendir la connaissance de la gloire de Dieu qui rayonne du visage de Jésus-Christ. Mais ce trésor, nous le portons dans des vases faits d’argile, pour que ce soit la puissance extraordinaire de Dieu qui se manifeste, et non notre propre capacité. 2 Corinthiens 4:6-7.

 

 

 

“Donnes un poisson à un homme et tu le nourriras pour un jour ; apprends-lui à pêcher et il se nourrira toute sa vie”.

 

Débutez votre année, avec le meilleur.

Il existe un trésor qui englobe et génère tous les autres trésors. Pourquoi ne pas commencer votre année en décidant de vous équiper chaque jour de la ressource la plus utile au monde ? Si l'anglais ne vous rebute pas, vous êtes invité à une étude biblique immersive et transformatrice en la compagnie compétente et enthousiaste de la journaliste, surfeuse et ancienne Miss Hawaï, Mme Kanoe Gibson.

• La Bible Audio – Lecture du Jour.
Jésus, l'Auteur et le Perfecteur | Francis Chann

Ne pas perdre de vue l'arbre pour la forêt. Un incontournable

(Activer les sous-titres et la traduction en français)


Francis Chan - 6 mensonges populaires auxquels les gens croient

Tout un sermon sur les 6 mensonges mortels à travers le monde auxquels les gens croient, y compris les chrétiens. Ce message passionné et puissant convaincra les gens.
(Activer les sous-titres et la traduction en français)





Ray Comfort est connu pour ses interviews directes qui ramènent aux enjeux même de la vie.

Qu’en est-il de sa propre expérience? Qu'est-ce qui a conduit cet homme, d'une vie de jeune surfeur insouciant sur les plages de Nouvelle-Zélande, vers cette profonde préoccupation pour les âmes perdues? (Activer les sous-titres et la traduction en français)



Comment protéger votre cœur du mal | Un message qui transforme, du pasteur Allen Nolan

Le pasteur Allen Nolan expose les vérités intemporelles qui nous permettent d'ériger une forteresse impénétrable autour de notre cœur, le protégeant des assauts de la négativité et du mal. (Activer les sous-titres et la traduction en français)



Démystifier la guérison divine | Curry Blake

Dieu en Jésus Christ nous a apporté une guérison complète en mourant sur la croix pour nos péchés. Mais comment nous emparons-nous de cette guérison? Il y a tellement de mauvais eneignements dans les églises, comment pouvons-nous faire la part des choses? Curry Blake s'est appliqué dès ses débuts à apporter un enseignement fondé sur l'Evangile, tout en exposant les fausses doctrines qui font de la guérison divine une chose inatteignable. (Activer les sous-titres et la traduction en français)



Charles Capps Prière de confession de guérison

La mort et la vie sont au pouvoir de la langue (Proverbes 18:21). Si vous parlez de maladie et de mort, vous en mangerez le fruit. Mais si vous parlez santé et vie, vous en récolterez aussi aussi le fruit ! Souvenez-vous, lorsque vous recevez le salut, ce salut devient effectif par la confession de la bouche! ce que vous croyez doit être dit par votre bouche. Et, lorsque vous prononcez la parole de Dieu, la foi vous vient. Déclarez chaque jour votre bonne santé et votre prospérité sur la base de cette vidéo et vous verrez votre corps s'aligner sur les paroles prononcées avec foi !

La prospérité n'est pas notre Dieu, mais notre Dieu veut que nous prospérions: Enseignement sur la prière de Proclamation de santé Financière. (Activer les sous-titres et la traduction en français)


 


 



La pensée du mois — 2022-2023

 

 

 

 

 

Celui qui atteste ces choses dit: «Oui, je viens bientôt.» Amen! Viens, Seigneur Jésus!
(Apocalypse 22:20)

 

 

 

 

 

 

Hosanna Olivier Cheuwa Matt Marvane Marilyne Linda Panci Mc Gowen Sebastian Demrey